Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Donald Trump gracie son ex-directeur de campagne et un associé

Donald Trump gracie son ex-directeur de campagne et un associé
Crédit photo © Reuters

par Steve Holland

PALM BEACH, Floride (Reuters) - Donald Trump a gracié mercredi son ancien directeur de campagne Paul Manafort et son ami et ancien conseiller Roger Stone, balayant ainsi les principales condamnations prononcées dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence présumée de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

Le président américain a aussi gracié Charles Kushner, un promoteur immobilier qui est le père de Jared Kushner, gendre et haut conseiller de Trump.

Cette annonce a été effectuée juste après l'arrivée de Donald Trump à Palm Beach, en Floride, où le dirigeant va passer les fêtes de fin d'année. Jared Kushner était présent à ses côtés à bord de l'avion présidentiel Air Force One.

A moins d'un mois de l'investiture de son rival démocrate Joe Biden, le 20 janvier, Donald Trump fait pleinement usage de ce droit accordé par la Constitution américaine au seul président.

L'actuel locataire républicain de la Maison blanche, battu par Joe Biden lors de l'élection présidentielle du 3 novembre, avait déjà gracié mardi quinze personnes dont l'un de ses ex-conseillers de campagne, George Papadopoulos. En novembre, il avait accordé le pardon présidentiel à son ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn.

Donald Trump a gracié mercredi 26 personnes, et trois autres personnes ont vu leur condamnation être commuée en partie ou intégralement.

Réagissant à cette décision, le sénateur républicain Ben Sasse a laconiquement déclaré: "C'est pourri jusqu'à la moelle".

Donald Trump a régulièrement dénoncé l'"enquête russe" menée par le procureur spécial Robert Mueller comme une "chasse aux sorcières" aux motivations politiques.

Paul Manafort, âgé de 70 ans, fût l'un des premiers proches de Donald Trump à être inculpé dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence présumée de la Russie dans le scrutin de 2016 et une possible collusion entre Moscou et la campagne Trump.

Il avait été condamné à sept ans et demi de prison pour fraudes fiscales et bancaires ainsi que pour conspiration contre les Etats-Unis et entrave à la justice.

En 2018, Donald Trump avait décrit Paul Manafort comme un "homme brave" pour avoir refusé de coopérer avec les autorités fédérales.

Donald Trump avait commué en juillet dernier la peine de Roger Stone, condamné à plus de trois ans de prison pour avoir menti durant l'"enquête russe", à la veille de la date à laquelle Stone devait être incarcéré.

(avec Mohammad Zargham, Sarah N/ Lynch, Julia Harte, Richard Cowan, Mark Hosenball; version française Jean Terzian)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !