Dix soldats burundais tués dans une attaque en Somalie, dit l'armée

Dix soldats burundais tués dans une attaque en Somalie, dit l'armée
Dix soldats burundais tués dans une attaque en Somalie, dit l'armée
Crédit photo © Reuters

par Katharine Houreld

NAIROBI (Reuters) - L'armée burundaise a déclaré mercredi que dix de ses soldats faisant partie de la force de maintien de paix de l'Union africaine (UA) avaient été tués lors d'une attaque en Somalie, tandis que des sources proches des services de sécurité, l'une dans la région et l'autre à Mogadiscio, ont évoqué des dizaines de morts.

Selon le porte-parole de l'armée burundaise, Floribert Biyereke, cité par la télévision d'État, 25 autres soldats ont été blessés lors de l'attaque menée mardi contre un camp dans le centre de la Somalie, et 20 "terroristes d'Al Chabaab" ont été tués.

La source dans la région a déclaré que plusieurs opérations étaient en cours après que des militants du groupe d'insurgés Al Chabaab ont envahi le camp mardi. Le nombre total de victimes n'est pas encore connu, a-t-elle déclaré, mais des "dizaines" de soldats ont été tués et une vingtaine blessés et évacués.

Ni le Burundi ni l'UA n'ont répondu à des demandes de commentaires au sujet des victimes.

L'attaque ne devrait pas entraîner de retrait de la mission de maintien de la paix, a déclaré la source à Mogadiscio.

La source régionale a attesté l'authenticité d'une vidéo montrant cinq soldats gisant au sol, morts. Un soldat paraît avoir été décapité.

D'autres images et vidéos partagées en ligne, que Reuters n'a pas pu vérifier, paraissent montrer des personnes pillant une base militaire et des équipements semblables à ceux des forces de l'UA.

La source régionale a déclaré que 150 à 200 soldats burundais se trouvaient dans cette base, mais pas de Somaliens puisque c'était lundi la fête musulmane de l'Aïd.

Plus de 100 soldats ont été retrouvés, a déclaré la source, ajoutant que l'assaut de mardi était le plus meurtrier depuis une attaque contre une base kényane dans la ville de Kolbiyow en 2017.

(Reportage Katharine Houreld et rédaction de Nairobi, rédigé par Katharine Houreld et Hereward Holland; version française Valentine Baldassari, édité par Jean-Michel Bélot)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !