Discussions "franches et professionnelles" entre représentants US et taliban

Discussions "franches et professionnelles" entre représentants US et taliban
Discussions 'franches et professionnelles' entre représentants US et taliban
Crédit photo © Reuters

par David Brunnstrom

WASHINGTON (Reuters) - La première rencontre en face-à-face, ce week-end au Qatar, entre hauts représentants américains et taliban depuis que ces derniers ont repris le pouvoir en Afghanistan en août a donné lieu à des discussions "franches et professionnelles", a déclaré dimanche le département d'Etat américain.

Rappelant que le mouvement islamiste serait jugé sur ses actes et non pas sur ses paroles, le département d'Etat américain a fait savoir que les discussions de Doha se sont focalisées sur les questions sécuritaires et les droits humains, en particulier l'intégration complète des femmes et des filles dans la société afghane.

Il a ajouté dans un communiqué que les deux camps ont aussi évoqué l'aide humanitaire américaine à la population afghane.

"Les discussions ont été franches et professionnelles, la délégation américaine rappelant que les taliban seraient jugés sur leurs actions, pas seulement leurs paroles", a dit le département d'Etat américain.

Le ministère des Affaires étrangères du gouvernement taliban a remercié les Etats-Unis pour leur offre d'aide humanitaire et s'est dit prêt à faciliter sa livraison et à coopérer avec les organisations humanitaires, mais en prévenant qu'il ne saurait question qu'elle soit liée à des "questions politiques".

"Des discussions poussées ont eu lieu sur différents sujets. Et des efforts doivent être faits pour améliorer les relations diplomatiques", a ajouté le ministère dans un communiqué.

Deux représentants de l'administration du président Joe Biden avaient indiqué vendredi à Reuters que la délégation américaine entendait demander aux dirigeants taliban de faciliter le départ des ressortissants américains et afghans souhaitant quitter le pays, ainsi que la libération de Mark Frerichs, citoyen américain enlevé dans le pays.

L'une des priorités de Washington est que les taliban respectent leur engagement d'empêcher que l'Afghanistan redevienne une base pour des groupes extrémistes comme Al Qaïda.

Les réunions de Doha ont été décrites comme le prolongement d'un "dialogue pragmatique" avec les taliban qui ne vise toutefois pas à offrir à ces derniers "une reconnaissance ou leur conférer une légitimité".

(Reportage de David Brunnstrom, avec Moataz Abdelrahiem au Caire et James Mackenzie à Islamabad; version française Jean Terzian et Tangi Salaün, édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !