»
»
»
Consultation

Des scientifiques se préparent à "chasser" les éclairs en Corse

Des scientifiques se préparent à "chasser" les éclairs en Corse
Crédit photo © Reuters

par Johanna Decorse

TOULOUSE (Reuters) - Une trentaine de scientifiques réunis au sein du projet Exaedre partiront à "la chasse aux éclairs" du 13 septembre au 12 octobre en Corse, une campagne de mesures inédite en Europe qui servira aux futures explorations spatiales.

Cette mission doit permettre d'apporter des connaissances sur ce phénomène naturel encore mal compris et d'améliorer les prévisions météorologiques.

Pilotée par des chercheurs du CNRS, de l'université de Toulouse III-Paul Sabatier avec le soutien du Centre national d'études spatiales et de Météo France, cette campagne au budget de 4 à 5 millions d'euros associe également quatre industriels, dont l'Onera.

"Les orages représentent un risque majeur pour la société et l'on pense qu'ils seront de plus en plus violents avec davantage d'activité électrique. Or l'éclair est un phénomène naturel mal compris, qui pose beaucoup de questions non résolues", explique Eric Defer, chercheur au CNRS et responsable du projet Exaedre.

"Comment se déclenchent les éclairs et se crée le champ électrique? Où dans les nuages et dans quelles conditions ? Comment se propagent-ils ? Notre but est de mieux comprendre les différents processus microphysiques, dynamiques et électriques des nuages d'orages dont l'éclair est le produit final".

Une partie des mesures et des observations seront menées à l'aide d'un Falcon 20 de la flotte du laboratoire Safire, Service d'avions français instrumentés pour la recherche en environnement, basé à Toulouse.

ÉCHANTILLONNAGE DES NUAGES

Cet ancien avion d'affaires stationnera le temps de la campagne sur la base de Solenzara. Il sera équipé de quatre sondes de microphysique sous les ailes pour caractériser les nuages d'orage et leur activité électrique, d'un radar de nuage et de moulins à champ installés sur les hublots.

La campagne aéroportée qui prévoit 24 heures de vol sur huit sessions couvrira la Corse et un rayon de 200 kilomètres autour de l'île. L'avion, avec sept personnes à son bord dont quatre opérateurs, pénètrera dans les nuages d'orage qui seront « échantillonnés » depuis la partie haute des cumulonimbus, en forme d'enclume, à 10 kilomètres d'altitude.

Le Falcon descendra ensuite à 7 kilomètres et 5 kilomètres pour s'approcher de plus en plus du "cœur de convection", les trois niveaux de vol correspondant aux altitudes moyennes des zones de charge dans lesquelles les éclairs se propagent.

"La Corse est l'une des régions françaises avec le maximum d'activité électrique. Ce laboratoire naturel va nous permettre d'extrapoler en France et en Europe les résultats obtenus sur le terrain et de développer des outils pour les futures explorations spatiales dédiées aux éclairs", précise Eric Defer.

En l'occurrence, le projet Taranis que le Cnes opèrera dès 2019 et la mission européenne MTG (Météosat Troisième génération), prévue à partir de 2021.

La campagne de mesures Exaedre sera complétée par un dispositif au sol qui va notamment s'appuyer sur le réseau Saetta, un ensemble de 12 stations de détection des éclairs déployées en Corse.

Pour les scientifiques, l'objectif est de pouvoir mieux suivre l'évolution des orages en temps réel, dans les 15 à 30 minutes, et d'en améliorer les prévisions météorologiques à un ou deux jours en intégrant la donnée « éclair », actuellement sous-utilisée, dans les modèles de prévision numérique du temps.

(Edité par Sophie Louet)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com