»
»
»
Consultation

Des mesures pour éviter les évasions comme celle de Faïd

Des mesures pour éviter les évasions comme celle de Faïd
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La ministre de la Justice a annoncé une série de mesures destinées à empêcher des évasions comme celle de Redoine Faïd, un braqueur multirécidiviste qui a faussé compagnie à ses geôliers de Réau (Seine-et-Marne) à bord d'un hélicoptère, le 1er juillet.

Les réponses de Nicole Belloubet, à qui l'Inspection générale de la justice (IGJ) a remis un rapport, s'appliquent à cette prison en particulier mais aussi à l'administration pénitentiaire en général, appelée à se réformer.

"J'entends pleinement tirer les conséquences d'un fonctionnement qui a été décrit par l'Inspection comme insuffisamment réactif", a déclaré la ministre de la Justice lors d'une conférence de presse.

Elle souhaite ainsi classer les établissements pour en identifier une trentaine "en capacité d'accueillir les détenus particulièrement signalés", réorganiser l'administration centrale et donner plus de moyens au renseignement.

"Nous devons aligner les moyens du renseignement pénitentiaire en matière de prévention des évasions sur ceux de la lutte contre le terrorisme", a dit Nicole Belloubet. "Le recours à l'ensemble des techniques de renseignement, comme l'enregistrement du son et de la vidéo doit être possible dans certains lieux, comme les parloirs".

Des mesures plus spécifiques s'appliqueront à la prison de Réau, dont la cour d'honneur sera dotée de filins anti-hélicoptère.

L'année dernière, le ministère a dénombré 15 évasions, dont six depuis des centres de semi-libertés, le plus souvent de détenus condamnés à des courtes peines.

Aux yeux de l'Inspection générale de la justice, citée par Nicole Belloubet, la fuite de Redoine Faïd s'explique par "une conjonction de failles de sécurité", comme l'absence de filins, par la sidération du personnel et par une "insuffisante analyse de ces profils à la dangerosité remarquable".

Cet événement a eu des résonnances dans le monde politique, Marine Le Pen réclamant la démission de la ministre, mais aussi au sein de l'administration pénitentiaire, où le malaise est latent.

Redoine Faïd, qui purgeait notamment une peine de 25 ans de détention pour la mort d'une policière lors d'un braquage avorté, n'a pas été repris à ce jour.

Dans la nuit de dimanche à lundi, deux détenus se sont évadés de la maison d'arrêt de Colmar (Haut-Rhin), un établissement vétuste, après avoir percé un trou dans le plafond de leur cellule.

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com