»
»
»
Consultation

Des manifestants blessés samedi portent plainte

Des manifestants blessés samedi portent plainte
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Au moins quatre manifestants blessés par des tirs de grenades lacrymogènes et de désencerclement lors des manifestations de "Gilets jaunes" à Paris ont porté plainte auprès du parquet ou s'apprêtent à le faire, ont annoncé jeudi leurs avocats.

Ces derniers ont dénoncé lors d'une conférence de presse un "usage manifestement disproportionné de la violence" de la part des forces de l'ordre et, notamment, l'usage de grenades contenant des explosifs.

Leurs clients, blessés ou mutilés par ces engins, étaient venus manifester avec les "Gilets jaunes" à Paris, pour l'un le 24 novembre, pour les autres le 1er décembre, qui a connu un pic de violence inédit depuis le soulèvement étudiant de mai 1968.

A deux jours de probables nouvelles manifestations à haut risque, leurs avocats demandent que les engins incriminés, dont la grenade lacrymogène et assourdissante GLI F4, soient retirés de l'arsenal des forces de l'ordre. 

La GLI F4, qui contient une charge explosive de 25 grammes de TNT, est utilisée par ces forces depuis 2011. La France est le seul pays européen à l'utiliser pour le maintien de l'ordre.

"Les familles que nous représentons et les blessés voient bien que c'est une situation très compliquée et inédite. Ils sont conscients de la difficulté, des pressions sur les forces de police, de l'immense nervosité, de la peur même", a déclaré Me Bourdon à des journalistes.

"Mais il serait temps de rompre avec la surenchère sécuritaire", a-t-il ajouté.

Les quatre blessés qui portent plainte ont de 21 à 40 ans. Certains étaient venus en famille manifester à Paris avec les "Gilets jaunes", font valoir leurs avocats.

C'est le cas de Gabriel, 21 ans, venu de la Sarthe et dont c'était la première manifestation, a expliqué William Bourdon, selon qui son client et ses proches, dont sa mère et une soeur, "se sont retrouvés dans une souricière".

"Ce sont tous des citoyens simples, de province, de milieu relativement modeste, qui étaient dans une démarche pacifique, citoyenne, républicaine, et le ciel leur est tombé sur la tête par l'usage disproportionné de la force", a-t-il ajouté.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com