Des joueuses de foot afghanes accueillies en Grande-Bretagne avec l'aide de Kardashian

Des joueuses de foot afghanes accueillies en Grande-Bretagne avec l'aide de Kardashian
Des joueuses de foot afghanes accueillies en Grande-Bretagne avec l'aide de Kardashian
Crédit photo © Reuters

(Reuters) - La star de téléréalité Kim Kardashian et le propriétaire du club de football britannique Leeds United, Andrea Radrizzani, ont aidé jeudi l'ancienne capitaine de l'équipe féminine de football d'Afghanistan, Khalida Popal, à évacuer 130 joueuses afghanes ainsi que leurs familles du Pakistan vers la Grande-Bretagne.

Khalida Popal, actuellement basée à Copenhague, a été le fer de lance des efforts d'évacuation des athlètes féminines d'Afghanistan après la prise contrôle du pays par les taliban en août dernier.

L'ancienne capitaine a confié dans un tweet que Kim Kardashian et sa marque de sous-vêtements Skims avaient payé pour le vol charter.

"Merci @KimKardashian et @SKIMS du fond du coeur pour avoir généreusement donné tous les fonds pour ce vol," a tweeté la footballeuse.

Khalida Popal a aussi remercié Andrea Radrizzani via le réseau social. "Merci @andrearadri c'est un honneur et un privilège de travailler avec vous et votre équipe formidable et sympathique. Nous sommes plus forts ensemble", a-t-elle écrit.

Également sur Twitter, Andrea Radrizzani a souhaité la bienvenue au Royaume-Uni aux joueuses et à leurs familles et a salué l'"excellent travail de toute l'équipe et des partis impliqués".

Le rabbin new-yorkais Moshe Margaretten a également contribué au plan d'évacuation, a confié Khalida Popal.

En octobre dernier, la FIFA avait annoncé que l'évacuation hors d'Afghanistan d'un second groupe de 57 réfugiés liés au football et au basket-ball féminin avait été menée à bien, après des négociations.

Plus tôt cette année, l'Australie a évacué plus de 50 athlètes féminines afghanes ainsi que leurs proches, après une action de lobbying menée par des personnalités sportives. Plusieurs joueuses de l'équipe nationale afghane de football ont par ailleurs obtenu l'asile au Portugal.

Les dirigeants taliban ont déclaré qu'ils ne réinstaureraient pas les mesures extrêmement sévères imposées à l'encontre des femmes lorsqu'ils étaient au pouvoir il y a vingt ans. Les filles n'étaient pas autorisées alors à aller à l'école et les femmes étaient interdites de travail, d'éducation et de sport.

(Reportage Manasi Pathak à Bangalore; version française Lucinda Langlands-Perry, édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !