»
»
»
Consultation

Des entrepôts collaboratifs pour les petits producteurs

Des entrepôts collaboratifs pour les petits producteurs

Crédit photo © Reuters

STRASBOURG (Reuters) - Après les voitures, les bateaux, les appartements, Dokkito, une plateforme internet d’échange de services en construction, invite les particuliers à mettre leurs mètres carrés de cave ou de grenier disponibles au service de l’économie collaborative.

Le site, dont le nom veut évoquer un petit entrepôt, mettra en relation petits producteurs et consommateurs en levant l’obstacle des frais de transport, pénalisants pour l’acheminement en petites quantités de certains produits, notamment alimentaires.

"Nous sommes là pour résoudre le problème du dernier kilomètre", explique Mélanie Lemaire, cofondatrice de Dokkito avec son mari, Benoît, issu d’une famille de petits producteurs de champagne de la région d’Epernay.

Un mètre cube suffit, assure-t-elle, pour qu’un particulier, voire un professionnel, devienne "dokkiteur", à savoir distributeur, pour une clientèle de proximité et à des horaires déterminés librement, de marchandises livrées en demi-gros et franco de port.

Puisqu’il s’agit d’économie collaborative, producteur et stockeur se choisiront mutuellement, le second recevant, en contrepartie, un pourcentage de produits gratuits.

Plus qu’un site marchand, Dokkito se veut la vitrine des petits producteurs dont les "dokkiteurs" seraient les ambassadeurs.

Installés à Strasbourg, Mélanie et Benoît Lemaire, elle dans le marketing, lui dans la grande distribution, ont expérimenté l’idée eux-mêmes, puis avec des amis, pour distribuer, dans plusieurs régions de France, le champagne familial, puis du miel, de la bière et de l’huile d’olive.

A Antibes, où ils avaient débuté, les ventes avaient été multipliées par cinq en trois ans.

Le lancement de la plateforme, prévu au printemps prochain, doit accélérer le mouvement. Dokkito, qui est soutenu par l’incubateur alsacien d’entreprises innovantes, vient de lever 10.000 euros dans une campagne de financement participatif, sur les 30.000 nécessaires au projet.

Avec une commission de 6% prélevée sur le producteur et des services de marketing annexe, l’entreprise pense atteindre la rentabilité dans les deux ans.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2017 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com