»
»
»
Consultation

Des commandes d'avions en rafale dès le début de Farnborough

Des commandes d'avions en rafale dès le début de Farnborough
Crédit photo © Reuters

par Tim Hepher et Sarah Young

FARNBOROUGH, Grande-Bretagne (Reuters) - Airbus et Boeing ont annoncé lundi plus de dix milliards de dollars de commandes aux premières heures du salon aéronautique de Farnborough, montrant que la demande d'avions reste soutenue malgré les craintes liées à la guerre commerciale et au Brexit.

Avant même les premiers vols au-dessus du salon qui se tient cette semaine près de Londres, l'avionneur américain Boeing a annoncé une commande de 4,7 milliards de dollars (quatre milliards d'euros) du transporteur DHL pour 14 777 version fret et des droits d'achat de sept unités supplémentaires.

Cette annonce a été suivie par une commande de 3,5 milliards de dollars (trois milliards d'euros) pour 30 monocouloirs 737 MAX 8 émanant du loueur américain Jackson Square Aviation.

Airbus n'a pas été en reste, annonçant un protocole d'accord avec la start-up taiwanaise StarLux Airlines pour 17 long-courriers A350 valant environ six milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) aux prix catalogue.

Le match pour de nouvelles commandes va battre son plein tout au long du salon aéronautique de Farnborough, même si les analystes vont surtout surveiller le nombre de commandes vraiment nouvelles et celles qui sont modifiées ou comportent des changements de modèles - des précisions pas forcément faciles à repérer sous le déluge d'annonces.

La hausse des prix du pétrole et des taux d'intérêt fait craindre que la longue période de prospérité de l'aéronautique atteigne son pic, au moment même où les tensions commerciales s'avivent entre les Etats-Unis et la Chine et où la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne risque de perturber les chaînes de fournisseurs.

INQUIETUDES SUR LES GROS PORTEURS

Cette semaine devrait confirmer la forte demande de monocouloirs de compagnies aériennes comme la mexicaine VivaAerobus, qui recherche une quarantaine d'Airbus, et des loueurs comme Goshawk, intéressé par des Boeing 737 MAX. De grands loueurs comme Air Lease et Avolon sont aussi à l'affût.

Mais tant Airbus que Boeing sont sous la pression d'accroître certaines de leurs commandes de gros porteurs face au récent ralentissement de ce segment de marché. Après des années d'efforts pour mettre un terme aux retards et aux dépassements de coûts, le Boeing 787 fait pourtant exception.

A l'issue de l'annonce de la commande d'A350 par StarLux, le directeur commercial d'Airbus Eric Schulz s'est dit confiant pour le redémarrage de la demande sur ce segment.

"Je prévois une reprise du marché des gros porteurs dans les 18-24 mois. Je suis plutôt confiant", a-t-il déclaré.

"Il y a des explications à l'arrivée de cette vague. Nous avions eu une vague très massive il y a quatre, cinq ans avec beaucoup de commandes. Je pense que le marché devait un peu marquer une pause jusqu'à ce que nous puissions livrer avec constance et parvenir aux augmentations de cadence. Je pense que c'est derrière nous maintenant".

La salon de Farnborough est le plus gros évènement de l'aéronautique cette année. Il a lieu tous les deux ans, en alternance avec le salon du Bourget près de Paris. Ensemble ils représentent plus d'un quart des prises de commandes de l'aéronautique chaque année.

La Première ministre britannique Theresa May a cherché de son côté à rassurer les dirigeants de l'aéronautique que son plan contesté pour le Brexit ne perturberait pas leurs chaînes de fournisseurs.

Le PDG de Boeing Dennis Muilenburg a déclaré dimanche que la performance des chaînes de fournisseurs mondiales était toujours sous surveillance.

La Grande-Bretagne a parallèlement annoncé un investissement de deux milliards de livres (1,7 milliard de dollars) d'ici 2025 pour développer un avion de combat baptisé Tempest qui pourrait être utilisé avec des pilotes ou comme un drone.

Ce projet, dévoilé à moins de neuf mois de la sortie prévue du pays de l'Union européenne, apparaît comme une concurrence au projet d'avion lancé en juillet 2017 par la France et l'Allemagne pour succéder au Rafale de Dassault Aviation, à l'Eurofighter Typhoon et au Gripen du suédois Saab dans le cadre du programme FCAS.

(Avec Vicki Bryan, Eric M. Johnson, Andrea Shalal et Mike Stone, Cyril Altmeyer pour le sercice français, édité par Wilfrid Exbrayat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com