Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Débuts hésitants en Europe entre indicateurs mitigés et bons résultats

Débuts hésitants en Europe entre indicateurs mitigés et bons résultats
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent sans grand changement en début de séance vendredi, la hausse de plusieurs valeurs du luxe après les résultats meilleurs qu'attendu d'Hermès compensant les doutes sur la reprise économique et l'impact de la remontée des rendements obligataires.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,16% à 5.737,41 points vers 08h45 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,07% et à Londres, le FTSE 100 est pratiquement inchangé.

L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,05%, tout comme le FTSEurofirst 300, alors que le Stoxx 600 cède 0,06%.

Les tout premiers résultats des enquêtes mensuelles d'IHS Markit sur l'activité du secteur privé en Europe montrent à la fois une amélioration de l'activité dans l'industrie manufacturière grâce à la demande à l'export et une dégradation de celle des services, conséquence du maintien de mesures de confinement strictes.

Aux Etats-Unis, les inquiétudes sur la solidité de la reprise ont été alimentées jeudi par la hausse inattendue des inscriptions au chômage, tandis que la hausse continue des rendements obligataires pèse sur le sentiment de marché.

"Il y a essentiellement deux forces principales qui s'opposent", résume Saxo Banque en constatant un certain attentisme des investisseurs. "D'un côté, les espoirs suscités par l'accélération des campagnes de vaccination et la diminution des taux d'infection et de l'autre, les craintes inflationnistes et la tension sur le marché obligataire."

VALEURS

Parmi les plus fortes hausses sectorielles du début de journée, le compartiment des produits de consommation non contrainte (+0,59%) est tiré par Hermès, qui s'adjuge 5,52% après des résultats supérieurs aux attentes et entraîne son sillage LVMH (+1,27%).

Danone prend 1,04%. Le groupe agroalimentaire s'attend à un premier trimestre encore difficile mais se dit près à discuter ave ses actionnaires, dont certains contestent sa stratégie.

A la baisse, les valeurs pétrolières souffrent du recul des cours du brut: leur indice de référence cède 1,45%, Total abandonne 0,97% et BP 1,52%.

Renault perd 4,52% après avoir publié une perte annuelle record d'un peu plus de huit milliards d'euros.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a fini la journée sur une baisse de 0,72% après avoir passé une partie de la séance sous le seuil des 30.000 points.

Sur l'ensemble de la semaine, il affiche néanmoins une progression de 1,69%, sa troisième performance hebdomadaire positive d'affilée.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai (+0,57%) et le CSI 300 (+0,18%), grâce entre aux valeurs du secteur des infrastructures, ont fini en hausse mais ils ont passé une partie de la séance en territoire négatif après la publication d'un article selon lequel la Banque populaire de Chine pourrait bientôt commencer à retirer des liquidités des marchés.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices américains suggèrent pour l'instant une poursuite du repli.

Jeudi, la Bourse de New York a en effet fini dans le rouge, les investisseurs ayant privilégié les prises de bénéfice après la hausse inattendue des inscriptions au chômage et face à la persistance des craintes inflationnistes.

L'indice Dow Jones a cédé 119,68 points, soit 0,38%, à 31.493,34, le Standard & Poor's 500 17,36 points (-0,44%) à 3.913,97 et le Nasdaq Composite 100,14 points (-0,72%) à 13.865,36.

Les investisseurs ont une nouvelle fois délaissé les valeurs technologiques comme Apple (-0,86%), Microsoft (-0,17%), Tesla (-1,35%) et Alphabet (-0,60%).

Le numéro un mondial de la distribution Walmart a chuté de 6,48%, la plus forte baisse du Dow , après un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes et des prévisions jugées décevantes.

TAUX

Orientés à la hausse en tout début de séance, les rendements des emprunts d'Etat européens de référence sont revenus à l'équilibre après la publication des PMI "flash" français et allemand: celui du Bund allemand à dix ans s'affiche à -0,331% après un plus haut de huit mois à -0,315%.

Le dix ans américain, à 1,2924%, amplifie la hausse entamée jeudi et reste proche du pic de près d'un an touché mercredi à plus de 1,33%.

CHANGES

Le dollar creuse ses pertes face aux autres grandes devises (-0,23%) après avoir subi jeudi son recul le plus marqué depuis dix jours en réaction aux mauvais chiffres des inscriptions au chômage.

L'euro en profite pour remonter au-dessus de 1,21 dollar.

PÉTROLE

Le marché pétrolier poursuit son repli, la perspective d'un arrêt prolongé des raffineries du sud des Etats-Unis touchées par la vague de froid en cours faisant craindre une baisse provisoire de la demande.

Le Brent abandonne 1,83% à 62,76 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 2,12% à 59,24 dollars.

(édité par Patrick Vignal)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !