»
»
»
Consultation

Darmanin va proposer un élargissement du "chèque énergie"

Darmanin va proposer un élargissement du "chèque énergie"
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Gérald Darmanin compte proposer une simplification et un élargissement du "chèque énergie", a-t-il annoncé mardi à la suite d'Emmanuel Macron, qui a fait part de son souhait d'un renforcement de l'accompagnement des Français les plus modestes face à la hausse des prix des énergies fossiles.

"Il faut d'abord simplifier ce chèque, c'est ce que nous allons faire (...) il faut l'augmenter, ce que nous faisons de 150 à 200 euros (...) et il faut aussi peut-être l'élargir à d'autres personnes", a déclaré le ministre de l'Action et des comptes publics sur LCI.

Le projet de loi de finances pour 2019 en cours de discussion à l'Assemblée prévoit de le faire passer de 150 à 200 euros.

Cette aide destinée aux personnes non imposables peut être déduite des factures d'énergie (électricité, gaz...) ou de travaux de rénovation énergétique. Elle est distribuée à près de quatre millions de foyers mais 560.000 bénéficiaires ne s'en servent pas.

"La question qu'il faut poser, c'est maintenant est-ce qu'on doit aider les personnes qui sont imposables?", a dit Gérald Darmanin.

Le ministre des Comptes publics a précisé qu'il soumettrait "cette semaine" des propositions en ce sens au Premier ministre et au président de la République, avec son collègue de la Transistion écologique et solidaire François de Rugy.

Dans le sillage des déclarations du chef de l'Etat sur Europe 1, plaidant pour une généralisation des indemnités kilométriques en lien avec les collectivités locales et les employeurs, Gérald Darmanin a invité l'ensemble des acteurs à prendre leurs responsabilités, tout en récusant tout "chantage" envers les élus locaux.

"Il faut que tout le monde se mobilise (...). La COP21, ça doit être la mobilisation de l'Etat et je crois que le président de la République ce matin a montré qu'il entendait les Français. Mais c'est aussi la mobilisation des élus régionaux, qui ont effectivement la compétence sur les transports, et aussi la mobilisation des entreprises et peut-être aussi la mobilisation des constructeurs automobiles", a-t-il déclaré.

"Ce n'est pas que l'Etat. L'Etat fait ce matin sa part, il faut que chacun tende la main", a-t-il ajouté en soulignant que les régions perçoivent près d'un tiers des taxes sur les carburants.

Concernant la défiscalisation de l'aide au transport mise en place dans la région Hauts-de-France annoncée par le chef de l'Etat dans des entretiens publiés lundi dans plusieurs journaux de la presse quotidienne régionale, Gérald Darmanin a indiqué qu'il ferait "voter au Parlement dans les jours qui viennent" ce dispositif.

Le débat enfle depuis plusieurs semaines sur l'aspect punitif de l'augmentation de la fiscalité écologique pour le pouvoir d'achat, qui s'ajoute à la progression des prix des carburants en lien avec la hausse des cours du pétrole.

(Myriam Rivet, édité par Sophie Louet)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com