Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Danone repousse le débat sur la gouvernance et attend du mieux au T2

Danone repousse le débat sur la gouvernance et attend du mieux au T2
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Sous le feu des critiques de deux de ses actionnaires, Danone n'a pas répondu vendredi aux demandes de changement de gouvernance à l'occasion de la publication de ses résultats annuels mais a dit miser sur un retour de la croissance de son activité au deuxième trimestre.

Le groupe agroalimentaire et son PDG, Emmanuel Faber, sont sous la pression de deux actionnaires, la société de gestion Artisan Partners et le fonds activiste Bluebell Capital, qui contestent la gestion et la stratégie. Les deux investisseurs réclament notamment la séparation des fonctions de président et de directeur général.

Emmanuel Faber a reconnu vendredi que le cours de l'action, qui évolue à un plus bas de sept ans, était "en-deçà de nos attentes" et a appelé à un dialogue ouvert avec les actionnaires. Mais aucune annonce n'a été faite concernant la gouvernance.

"C'est peut-être un sujet pour l'avenir, mais vous ne pouvez pas vous attendre à d'autres commentaires à ce sujet aujourd'hui", a déclaré le PDG lors d'une conférence téléphonique avec des analystes concernant la séparation des fonctions de direction.

BAISSE DU DIVIDENDE

L'an dernier, Danone a subi de plein fouet les effets de la crise du coronavirus, qui a lourdement pénalisé sa division Eaux et pesé sur ses marges.

Il a lancé en novembre un plan prévoyant le passage à une organisation par zones géographiques et non plus par catégories de produits, ce qui devrait se traduire par la suppression d'environ 1.500 à 2.000 postes dans les sièges mondiaux et locaux.

Une journée investisseurs est prévue le 25 mars pour détailler la nouvelle stratégie.

Face aux difficultés, Danone a annoncé vendredi qu'il allait réduire de 8% son dividende au titre de 2020, à 1,94 euro par action.

L'an dernier, le chiffre d'affaires du groupe s'est replié de 1,5% en données comparables, à 23,62 milliards d'euros et la marge opérationnelle courante est tombée à 14%, contre 15,2% en 2019.

Des performances bien inférieures à celles du grand concurrent suisse Nestlé, qui affiche une hausse de 3,6% de ses ventes en 2020 et une marge opérationnelle de 17,7%.

RETOUR DE LA CROISSANCE

Les effets de la crise sanitaire devraient encore se faire sentir au premier trimestre, a prévenu vendredi Danone, qui évoque aussi une base de comparaison élevée dans la nutrition spécialisée en Chine.

Le groupe espère toutefois renouer avec la croissance au deuxième trimestre et dit anticiper un retour à une "croissance rentable" au second semestre de l'année.

Au final, la marge opérationnelle courante en 2021 sera en ligne avec celle de 2020.

A la Bourse de Paris, l'action Danone progressait de 3,49% à 57,52 euros à 11h36, l'une des plus fortes hausses du CAC 40.

Les prévisions de Danone n'ont toutefois pas suffi à apaiser les critiques de Bluebell Capital qui a jugé les résultats publiés vendredi de Danone "décevants" et y voit une nouvelle preuve de la nécessité de changer la gouvernance "pour relancer la croissance et améliorer les marges".

(Blandine Hénault, avec Dominique Vidalon et Sarah White, édité par Marc Angrand)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !