Coronavirus : Vaccination élargie en France et "pass sanitaire" durci face à la 5e vague

Coronavirus : Vaccination élargie en France et "pass sanitaire" durci face à la 5e vague

(Actualisé avec bilan quotidien et prises de rendez-vous)

par Myriam Rivet

PARIS, 25 novembre (Reuters) - Le gouvernement français a présenté jeudi une série de mesures destinées à endiguer la récente recrudescence de l'épidémie de coronavirus, avec un élargissement à l'ensemble des adultes dès samedi de la campagne de rappel vaccinal avancé à 5 mois, un durcissement du pass sanitaire et un renforcement de l'obligation du port du masque.

"La France connaît à son tour une cinquième vague (...) qui sera sans conteste plus longue, plus forte" que la quatrième survenue cet été, a prévenu le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse.

Conformément aux recommandations diffusées ces derniers jours par différentes autorités sanitaires, "le rappel vaccinal sera ouvert à tous les adultes âgés de 18 ans et plus dès cinq mois après leur dernière injection", à partir de ce samedi, a-t-il annoncé.

Lancée en septembre pour les 65 ans et plus et pour les personnes à risques, la campagne de rappel de la vaccination devait être élargie début décembre aux 50 ans et plus, mais le gouvernement a décidé d'accélérer le mouvement face à la flambée épidémique.

Sur les 25 millions de Français âgés de plus de 18 ans, environ six millions ont déjà reçu le rappel. "Il reste donc 19 millions de Français à date qui deviennent éligibles et que nous invitons donc à se faire vacciner dans les deux prochains mois", a expliqué Olivier Véran.

En pratique, les stocks de vaccins sont suffisants pour faire face à la demande, avec plus de 25 millions de doses de vaccins à ARNm, a-t-il indiqué.

"Nous allons ouvrir, rouvrir ou amplifier les centres de vaccination existants et ce, dès ce week-end", a souligné le ministre. Et au-delà de ce renforcement des 1.100 centres encore ouverts à travers le pays, la vaccination peut désormais être effectuée par de nombreux professionnels de santé en ville (dont les pharmaciens d'officine, les infirmiers ou les kinésithérapeutes par exemple).

PIC DES HOSPITALISATIONS ATTENDU DÉBUT DÉCEMBRE

Outre l'extension plus rapide que prévue de la campagne de rappel vaccinal, les autorités sanitaires vont également intensifier les efforts pour tenter d'atteindre les 6,3 millions de Français non vaccinés.

En parallèle, le pass sanitaire a été durci, avec une validité des tests PCR réduite à 24 heures - contre 72 heures précédemment - et l'instauration, à compter du 15 janvier prochain, d'une désactivation en cas d'absence de rappel sept mois après la dernière injection du schéma vaccinal initial.

Le port du masque va être de nouveau rendu obligatoire dans tous les lieux publics fermés et pourra être imposé en extérieur, sur arrêté préfectoral, pour certains événements.

Ce net renforcement des mesures de lutte contre l'épidémie a été pris alors que la cinquième vague "touche désormais toute la France métropolitaine de façon homogène", a souligné le directeur général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, également présent lors de la conférence de presse.

Après les annonces du gouvernement, les prises de rendez-vous pour la vaccination ont explosé, provoquant une saturation du site Doctolib qui a enregistré 400.000 prises de rendez-vous vaccinal.

Le ministère de la Santé a fait état jeudi soir de 33.464 nouveaux cas de contamination au coronavirus.

Selon les données du ministère, 72 personnes sont décédées du COVID-19 en l'espace de vingt-quatre heures.

Avec un nombre de contaminations quotidiennes dépassant le seul de 30.000 cas par jour depuis le début de la semaine - dans l'ordre de grandeur du pic de la quatrième vague cet été -, le taux d'incidence hebdomadaire s'inscrit lui aussi en forte hausse, à 193 nouvelles infections pour 100.000 habitants sur sept jours (soit bien au-dessus du "seuil d'alerte" fixé à 50).

Le taux de reproduction, appelé "R effectif" par les chercheurs et qui correspond au nombre moyen de contaminations générées par une personne infectée, s'élève désormais à 1,6, ce qui correspond à un doublement du nombre de personnes contaminées tous les 11 jours, a expliqué le Pr Jérôme Salomon.

Evoquant un impact sanitaire "réel mais réduit" grâce à la couverture vaccinale en France - l'une des plus élevées d'Europe avec 88% des 12 ans et plus - il a estimé que le pic des hospitalisations pourrait être atteint "dès début décembre, donc la semaine prochaine, en France métropolitaine". (Reportage Myriam Rivet, avec Geert De Clercq et Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot et Jean Terzian)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !