Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Coronavirus : Règles durcies dans le nord de l'Angleterre par crainte d'une "deuxième vague"

Coronavirus : Règles durcies dans le nord de l'Angleterre par crainte d'une "deuxième vague"
Crédit photo © Reuters

MANCHESTER, Grande-Bretagne (Reuters) - Les autorités britanniques ont durci à compter de ce vendredi les restrictions imposées dans plusieurs parties du nord de l'Angleterre face à l'accélération des contaminations par le nouveau coronavirus, le gouvernement de Boris Johnson se disant déterminé à éviter une "deuxième vague" de l'épidémie.

Plus de quatre millions d'habitants de l'agglomération de Manchester, la plus grande ville du nord de l'Angleterre, et de certaines parties du West Yorkshire et de l'East Lancashire ont désormais interdiction de se mêler à des personnes ne faisant pas partie du même foyer, que ce soit à leur domicile, dans leur jardin, dans les pubs, les restaurants, les commerces, les lieux de culte ou de loisir. Une amende de 100 livres est prévue en cas d'infraction.

Il reste toutefois possible de se rendre au pub, à l'église ou à la mosquée avec des membres de son propre foyer.

Les données officielles ont montré jeudi que 846 nouvelles personnes avaient été testées positives dans le pays, la hausse quotidienne la plus élevée depuis le 28 juin.

"Le problème avec ce virus, c'est qu'il prospère avec les contacts sociaux qui font tout l'intérêt de la vie", a dit le ministre de la Santé, Matt Hancock, à Sky. "Je comprends totalement l'impact humain de cela mais malheureusement c'est ainsi que le virus se propage."

"Nous pouvons observer cette deuxième vague en Europe", a-t-il ajouté.

Les mesures appliquées soudainement dans le nord de l'Angleterre sont mises en oeuvre alors que des centaines de milliers de musulmans britanniques s'apprêtent à célébrer l'Aïd el Kébir marquant la fin du ramadan.

Depuis le début de l'épidémie, plus de 300.000 cas de contamination ont été recensés au Royaume-Uni où plus de 46.000 personnes en sont mortes, selon des statistiques dressées par l'université Johns Hopkins.

(Phil Noble; vec Guy Faulconbridge et Kate Holton; version française Bertrand Boucey)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !