Coronavirus : Le rappel vaccinal devrait être envisagé pour tous les adultes, selon l'ECDC

Coronavirus : Le rappel vaccinal devrait être envisagé pour tous les adultes, selon l'ECDC

BRUXELLES, 24 novembre (Reuters) - La directrice du centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC), Andrea Ammon, a déclaré mercredi qu'un rappel vaccinal contre le COVID-19 devrait être envisagé pour tous les adultes, en priorité pour les plus de 40 ans, ce qui constitue un changement majeur dans les recommandations de l'agence.

Les recommandations émises par l'ECDC ne sont pas contraignantes pour les gouvernements de l'Union européenne mais sont toutefois prises en considération dans la prise de décision en matière de politique de santé publique.

"Les doses de rappel doivent être envisagées pour tous les adultes, en priorité les personnes âgées de plus de 40 ans", a déclaré Andrea Ammon en précisant que les rappels doivent être administrés au moins six mois après la fin du schéma vaccinal initial.

Dans ses précédentes recommandations publiées en septembre avec l'Agence européenne des médicaments, l'ECDC déclarait qu'il n'était pas urgent d'administrer des doses de rappel aux personnes entièrement vaccinées en population générale. Mais une dose de rappel était préconisée pour les personnes immunodéprimées et suggérée à titre de précaution pour les personnes âgées fragiles.

"Les données disponibles en provenance d'Israël et du Royaume-Uni montrent une augmentation significative de la protection contre l'infection et les formes graves de la maladie après l'administration d'une dose de rappel dans tous les groupes d'âge à court terme", a déclaré l'ECDC dans un rapport publié aujourd'hui.

Andrea Ammon a déclaré que les rappels "pourraient potentiellement réduire la transmission [du COVID-19] dans la population et prévenir des hospitalisations et des décès supplémentaires".

Elle a conseillé aux pays où les taux de couverture vaccinale sont faibles d'accélérer leur campagne et a mis en garde contre le risque élevé d'un pic de décès et d'hospitalisations en Europe en décembre et janvier si les mesures recommandées n'étaient pas mises en place.

La Commission européenne devrait prendre cet avis en considération lorsqu'elle proposera des modifications de l'utilisation des certificats COVID-19 dans le courant de la semaine, ont indiqué des responsables européens. (Reportage Francesco Guarascio, version française Laetitia Volga, édité par Matthieu Protard)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !