Coronavirus : Le gouvernement examinera mercredi l'extension du rappel aux plus de 40 ans

Coronavirus : Le gouvernement examinera mercredi l'extension du rappel aux plus de 40 ans
Coronavirus : Le gouvernement examinera mercredi l'extension du rappel aux plus de 40 ans
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le gouvernement se penchera mercredi sur la question d'un éventuel élargissement aux quadragénaires de la campagne de rappel vaccinal contre le COVID-19, a annoncé mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

"Il y aura un conseil de défense et de sécurité nationale demain (mercredi) matin qui permettra d'aborder la situation épidémique (...) et la question de l'extension de la troisième dose du vaccin, considérant les recommandations que nous avons obtenues de la part des différentes autorités scientifiques et sanitaires", a-t-il déclaré à la presse en marge d'un déplacement dans un centre parisien des Restos du coeur, à l'occasion du lancement de la campagne annuelle de l'association.

Lancée en septembre pour les 65 ans et plus et les personnes à risques, la campagne de rappel de la vaccination contre le COVID-19 doit être élargie début décembre aux 50 ans et plus.

La Haute Autorité de santé (HAS) a recommandé vendredi de proposer une dose de rappel contre le COVID-19 aux personnes âgées de 40 ans et plus, six mois après la primo-vaccination.

Dans un avis daté de samedi, le conseil scientifique COVID-19 souligne que la cinquième vague épidémique, alimentée par le variant Delta, "a commencé début octobre en métropole", "s'est nettement accélérée au cours des derniers jours" et exercera à nouveau un impact "marqué" sur le système de soins à partir de décembre.

Il se prononce donc lui aussi en faveur d'un abaissement de l'âge d'éligibilité du rappel vaccinal à 50 ans et invite à "envisager un rappel vaccinal pour l'ensemble de la population adulte", en conservant l'intervalle de six mois après la primo-vaccination, et en "anticipant les aspects organisationnels de cette nouvelle vaccination de masse", qui devrait s'étaler de mi-décembre 2021 à mars 2022.

PAS D'INQUIÉTUDE SUR L'ORGANISATION

Devant les députés, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Olivier Véran a confirmé l'accélération de la propagation du virus, annonçant que la France avait enregistré ce mardi 30.000 nouveaux cas en 24 heures, contre moins de 20.000 une semaine plus tôt.

Lors de son déplacement aux Restos du Coeur, le ministre de la Santé a jugé qu'un éventuel élargissement de la vaccination de rappel aux quadragénaires ne poserait pas de problèmes logistiques.

"Il y a très peu de quadragénaires dans notre pays qui sont déjà à six mois, ça arrivera au cours du mois de décembre, progressivement, donc ça nous donne la possibilité de nous organiser si la décision était entérinée demain", a-t-il souligné.

Alors que les autorités sanitaires et le gouvernement appellent à renforcer les efforts sur la primo-vaccination, Olivier Véran a précisé que 30.000 à 40.000 Français venaient se faire vacciner pour la première fois chaque jour.

"On est capables d'accueillir tout le monde dans l'heure, dans n'importe quelle ville de France", pour les primo-vaccinations ainsi que pour les personnes éligibles au rappel pour l'instant.

Devant l'Assemblée nationale, il a ajouté que la capacité de réponse à la demande vaccinale était adaptée, et adaptable.

"On ne s'est jamais désarmés", a-t-il assuré en évoquant "plus de 1.000 centres encore ouverts en France", sans compter la bascule de la campagne vaccinale vers la ville, puisque désormais l'administration d'un vaccin contre le COVID-19 peut être effectuée par un médecin, un pharmacien, une sage-femme ou un kinésithérapeute par exemple.

(Rédigé par Myriam Rivet, édité par Bertrand Boucey et Jean-Stéphane Brosse)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !