Coronavirus: La Chine met en garde les opposants à sa politique zéro COVID-19

Coronavirus: La Chine met en garde les opposants à sa politique zéro COVID-19
Coronavirus: La Chine met en garde les opposants à sa politique zéro COVID-19
Crédit photo © Reuters

par Eduardo Baptista et David Stanway

PÉKIN/SHANGHAI (Reuters) - La hausse quotidienne du nombre de cas de COVID-19 à Pékin a suscité des craintes chez les habitants qui redoutent de nouvelles restrictions, les autorités chinoises menaçant de prendre des mesures contre les opposants à leur politique "zéro COVID".

La Chine, qui subit un coût économique élevé et fait face à des critiques publiques sur internet, étroitement contrôlé dans la pays, se démarque des autres États qui lèvent les restrictions et comptent sur les vaccins pour protéger leurs populations.

Sur le plan international, les organisations industrielles se plaignent de l'impact économique mondial des restrictions chinoises.

Pékin s'efforce d'éviter une flambée de cas comme celle observée à Shanghaï, qui a contraint la ville à un confinement quasi total depuis plus d'un mois, entraînant un lourd coût financier et psychologique pour ses habitants.

À l'issue d'une réunion du Comité permanent du Politburo, le bureau politique du Parti communiste chinois, les médias d'État ont rapporté que Pékin riposterait à tout commentaire ou action qui déformerait, mettrait en doute ou rejetterait sa politique anti-COVID-19.

L'organe officiel du Parti communiste chinois, le Quotidien du peuple, s'est attaqué vendredi aux accusations selon lesquelles la politique chinoise perturbe l'économie et le commerce mondiaux.

"Certains politiciens américains ont fréquemment attaqué et dénigré les mesures de prévention et de contrôle épidémiques de la Chine et ont tenté de renvoyer à la Chine la responsabilité de la dite perturbation des chaînes d'approvisionnement mondiales", peut-on lire dans l'éditorial du journal, qui n'identifie personne.

Le yuan chinois a chuté à son plus bas niveau face au dollar depuis novembre 2020. Les Bourses chinoises, accusent également un fort recul.

À Shanghaï, où l'épidémie serait sous contrôle, selon les autorités, la plupart des 25 millions d'habitants sont encore soit strictement confinés dans leurs habitations, soit autorisés à se déplacer de façon limitée.

Les Jeux asiatiques, qui devaient se dérouler en septembre dans la ville de Hangzhou, au sud-ouest de Shanghaï, ont été reportés à 2023.

Au cours des dernières 24 heures, Pékin a signalé 66 nouvelles infections au COVID-19 et un total de 610 cas depuis le 22 avril.

Afin de prévenir de futures flambées épidémiques, les autorités chinoises ont également mis en place des centres de dépistage permanents pour effectuer des tests PCR et tenter de "normaliser" les contrôles à l'avenir.

(Reportage Eduardo Baptista et David Stanway, rédigé par Marius Zaharia; version française Dagmarah Mackos, édité par Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !