Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Coronavirus : L'UE discute d'un nouveau contrat de vaccins avec Moderna, selon des sources

Coronavirus : L'UE discute d'un nouveau contrat de vaccins avec Moderna, selon des sources
Crédit photo © Reuters

par Elvira Pollina et Francesco Guarascio

BRUXELLES (Reuters) - L'Union européenne discute avec Moderna de l'achat supplémentaire de vaccins contre le COVID-19, tandis que le laboratoire AstraZeneca a laissé entendre qu'il pourrait fournir au bloc des doses produites en dehors d'Europe pour compenser la baisse prévue de ses livraisons, ont déclaré à Reuters deux sources européennes.

L'UE, qui a précommandé déjà au total près de 2,3 milliards de doses de vaccins auprès de six laboratoires, s'est fixé pour objectif de vacciner d'ici la fin de l'été 70% des adultes qui composent sa population de 450 millions d'habitants, mais le bloc peine pour le moment à obtenir les doses promises par les groupes pharmaceutiques.

La Commission européenne discute d'un nouvel accord d'approvisionnement avec Moderna qui pourrait lui permettre de pratiquement doubler le volume de vaccins qu'elle reçoit du laboratoire américain, ont déclaré à Reuters deux responsables de premier plan impliqués dans les négociations après une réunion avec la biotech la semaine dernière.

Dans le cadre de cet accord, l'UE aurait la garantie de recevoir 150 millions de doses supplémentaires du vaccin de Moderna, en plus des 160 millions déjà réservées au laboratoire américain.

Selon l'une des sources, une partie des doses prévues dans le nouvel accord pourrait être livrée d'ici le mois de juin.

La deuxième source s'est montrée cependant plus prudente, pointant du doigt les difficultés de Moderna, qui n'est parvenue à livrer à l'UE que 10 millions de doses au premier trimestre.

Le groupe américain n'a souhaité faire aucun commentaire sur les discussions avec l'UE. Il a dit cependant discuter avec les autorités de régulation de plusieurs pays de la possibilité de porter le nombre de doses dans ses flacons de dix à 15.

La Commission européenne pour sa part n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

L'UE est par ailleurs sur le point de finaliser des discussions avec le laboratoire Novavax pour une fourniture de 200 millions de doses, a déclaré l'une des sources, confirmant une information rapportée la semaine dernière par Reuters.

"CONSTRUIT SUR DU SABLE"

Ces négociations interviennent alors que des responsables de l'UE et les dirigeants d'AstraZeneca ont discuté vendredi de la baisse surprise annoncée le mois dernier par le géant anglo-suédois de ses livraisons de vaccins au bloc.

AstraZeneca a pris de court l'UE le 22 janvier en décidant de réduire son objectif de fourniture de vaccins au bloc d'environ 60% au premier trimestre, à 31 millions de doses, en raison, dit-il, de problèmes de production.

Tancé par la Commission européenne, le laboratoire avait alors ensuite promis de livrer finalement 40 millions de doses à l'UE.

Depuis, les deux parties tiennent des réunions hebdomadaires pour trouver une solution visant à accélérer encore la production, ont indiqué les deux sources. Les discussions de vendredi n'ont cependant permis aucun progrès sur le sujet, d'après les mêmes sources.

Dans le cadre de ces réunions, les dirigeants d'AstraZeneca ont déclaré aux responsables de l'UE que les livraisons au bloc pourraient être accélérées si les vaccins étaient produits en dehors du Vieux Continent. Selon l'une des sources, le Serum Institute of India (SII) pourrait faire office de fournisseur.

Une usine de production à Baltimore, aux Etats-Unis, a été également été citée par l'une des sources, qui n'a fourni aucun calendrier ni volume de livraisons.

Ni le sous-traitant d'AstraZeneca ni le laboratoire anglo-suédois n'étaient disponibles dans l'immédiat pour un commentaire.

Selon l'une des sources, on ignore toujours si AstraZeneca sera en mesure de livrer les 40 millions de doses promises au premier trimestre. En outre, les engagements du groupe pour le deuxième trimestre restent vagues, a ajouté la source.

"Tout est construit sur du sable", a-t-elle déclaré.

La semaine dernière, le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré que la majeure partie de la production de l'usine de Baltimore serait réservée à l'UE.

Le feu vert de l'Agence européenne des médicaments (EMA) est nécessaire pour la livraison de vaccins produits en dehors de l'UE, ont noté les sources.

L'UE a déclaré que deux usines produisant le vaccin d'AstraZeneca en Grande-Bretagne devraient fournir le bloc dans le cadre de son contrat d'approvisionnement avec le laboratoire. AstraZeneca a cependant indiqué que le gouvernement britannique s'opposait à une exportation des vaccins en vertu de son propre contrat d'approvisionnement.

Les autorités britanniques n'ont pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

(Francesco Guarascio à Bruxelles, Elvira Pollina à Milan; avec Ludwig Burger à Francfort, Euan Rocha à Bombay; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !