Corée du Sud: Le nouveau président face au défi nord-coréen et à l'inflation

Corée du Sud: Le nouveau président face au défi nord-coréen et à l'inflation
Corée du Sud: Le nouveau président face au défi nord-coréen et à l'inflation
Crédit photo © Reuters

SEOUL (Reuters) - Le nouveau président sud-coréen Yoon Suk-yeol, investi ce mardi lors d'une cérémonie devant le Parlement à Séoul, devra d'emblée faire face à deux défis majeurs, avec les tests de nouveaux missiles effectués par la Corée du Nord et une inflation qui menace le rétablissement économique post-COVID.

Yoon Suk-yeol, âgé de 61 ans, a remporté une élection serrée en mars dernier en tant que candidat du principal parti conservateur, le Parti du pouvoir populaire, moins d'un an après s'être lancé en politique à l'issue d'une carrière de procureur pendant 26 ans.

Il a promis durant la campagne de lutter contre la corruption et de mettre en place davantage d'équité économique, sur fond de frustration grandissante de la population à l'égard des inégalités sociales et des prix des logements, en plus de tensions générationnelles et entre les sexes dans la société.

Le nouveau président sud-coréen pourrait se retrouver rapidement au centre d'un tumulte international si la Corée du Nord procède ce mois-ci à son premier essai nucléaire en cinq ans, comme l'anticipent des représentants américains et sud-coréens.

Yoon Suk-yeol a déclaré par le passé qu'il entendait renforcer les capacités de dissuasion de Séoul face à la menace grandissante de Pyongyang, tout en cherchant à restaurer les relations avec la Chine. Ces questions devraient être au coeur du premier sommet qu'il tiendra, ce mois-ci, avec le président américain Joe Biden.

(Reportage Hyonhee Shin; version française Jean Terzian)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !