»
»
»
Consultation

Copé et Fillon appellent Hollande à la prudence sur la Syrie

Copé et Fillon appellent Hollande à la prudence sur la Syrie

PARIS (Reuters) - Jean-François Copé et François Fillon ont appelé mercredi François Hollande à ne pas aller au-delà d'un certain seuil et à respecter certaines conditions dans la réponse à apporter au bombardement chimique présumé de la semaine dernière près de Damas.

Le chef de l'Etat a déclaré mardi que la France était prête à punir "ceux qui ont pris la décision infâme de gazer des innocents" et a imputé l'attaque au régime de Bachar al Assad.

"J'ai écouté avec beaucoup d'attention l'analyse qui a été faite par le président Hollande, je l'ai trouvée juste sur la forme comme sur le fond", a déclaré le président de l'UMP sur Europe 1.

"Je recommanderais pour ma part au président Hollande d'être prudent : s'il s'agit d'une frappe punitive et ponctuelle face à l'utilisation d'armes chimiques par Assad, cela peut avoir du sens mais, encore une fois, attention à ne pas aller au-delà d'un certain seuil", a-t-il ajouté.

Le chef de file de l'opposition a mis en garde contre les précédents en Irak et en Afghanistan qui ont montré selon lui que "ce qui compte aujourd'hui c'est l'efficacité, or l'efficacité ne peut être que dans une solution politique".

Lors d'un séminaire de son parti, "Force républicaine", à Rouez-en-Champagne (Sarthe), l'ancien Premier ministre François Fillon a pour sa part réclamé des conditions à toute intervention de la France.

"La communauté internationale ne peut pas laisser impuni l'usage d'armes chimiques qui sont interdites par tous les traités internationaux", a-t-il dit. "Mais si nous devons intervenir aux côtés de nos alliés, il y a des conditions à respecter".

La preuve de l'utilisation des armes chimiques par le régime syrien doit être apportée par l'Onu et "seulement par l'organisation des Nations unies", a-t-il souligné, afin d'éviter les "errements de la guerre en Irak".

Avant toute prise de décision, il faut tenter une dernière fois d'essayer de convaincre la Russie d'agir sur le régime d'Assad, a ajouté François Fillon. Enfin, "la Ligue arabe doit être associée à une intervention et "les buts militaires définis avec une extrême précision."

François Hollande a promis mardi que le Parlement serait informé dans "les meilleurs délais" de la décision sur une action en Syrie. Un conseil de défense restreint se tient ce mercredi à l'Elysée.

Marine Pennetier, avec Sophie Louet à Rouez-en-Champagne, édité par Patrick Vignal


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com