»
»
»
Consultation

Commerce : Washington ouvre le feu, Pékin riposte, Trump surenchérit

Commerce : Washington ouvre le feu, Pékin riposte, Trump surenchérit
Crédit photo © Reuters

par David Lawder et Michael Martina

WASHINGTON/PEKIN (Reuters) - Les Etats-Unis et la Chine se sont mutuellement infligé vendredi des droits de douane de 25% sur 34 milliards de dollars (29 milliards d'euros) d'importations respectives et Pékin accuse Washington de déclencher une guerre commerciale à l'échelle la plus grande qui ait jamais été.

Quelques heures avant l'entrée en vigueur, à 4h01 GMT, des droits de douane américaines, Donald Trump avait surenchéri, avertissant qu'à terme, plus de 500 milliards de dollars de produits chinois, soit la quasi-totalité des importations américaines en provenance de Chine de l'an passé, pourraient être taxées.

Le ministère du Commerce chinois s'est dit forcé de riposter, impliquant que divers produits américains importés tels que les automobiles, le soja et les homards étaient eux aussi assujettis à des droits de douane de 25%. Le ministère a dit par la suite que la Chine avait saisi l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur ce dossier.

Certains républicains ne suivent pas Donald Trump dans son offensive.

"Les droits de douane non seulement affectent nos agriculteurs, nos éleveurs et les constructeur d'avions, mais aussi chaque consommateur américain. Il faut travailler avec nos alliés pour isoler la Chine plutôt qu'aggraver le conflit commercial", a dit le sénateur Jerry Moran du Kansas, un Etat à forte production agricole.

"Nous pouvons probablement dire que la guerre commerciale a officiellement débuté", a commenté Chen Feixiang, qui enseigne l'économique appliquée à l'université Jiaotong de Shanghaï.

"Si elle s'arrête à 34 milliards de dollars, elle n'aura qu'un effet marginal sur les deux économies, mais si elle dégénère jusqu'aux 500 milliards évoqués par Trump, elle va avoir un gros impact sur les deux pays."

Les relations de Washington sont également tendues avec d'autres partenaires commerciaux après que le gouvernement eut décidé de taxer les importations d'acier et d'aluminium, dont celles de l'Union européenne. Dans le même temps, la Maison Blanche tente de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena) avec le Canada et le Mexique.

L'échange de coups entre Pékin et Washington fait craindre qu'un conflit commercial prolongé ne porte préjudice au commerce international, à l'investissement et à la croissance, aux agriculteurs américains et aussi aux Chinois en faisant monter les prix alimentaires.

"Une guerre commerciale ne sera jamais une solution", a dit le Premier ministre chinois Li Keqiang lors d'un point de presse donné avec son homologue bulgare Boyko Borissov à Sofia, avant un sommet avec 16 pays d'Europe centrale et orientale.

"La Chine ne lancera jamais de guerre commerciale mais si l'une quelconque des parties se met à augmenter ses droits de douane, alors la Chine prendra les mesures qui s'imposent pour protéger ses intérêts."

Pour l'heure, le monde financier temporise. "Notre prévision de base repose sur l'hypothèse d'une escalade simplement modeste de la 'guerre' commerciale cet été", écrit Bank of America Merrill Lynch vendredi. "On ne peut toutefois exclure une 'guerre commerciale' totale, synonyme de récession".

Les échanges acrimonieux entre les deux capitales ont quelque peu agité les marchés financiers ces dernières semaines mais les Bourses chinoises en particulier et asiatiques en général ont bien résisté aujourd'hui, alors que le yuan est resté en repli face au dollar.

"50 + 200 + près de 300"

Les importateurs de produits américains taxés à 25% hésitent pour le moment à répercuter le coût sur le consommateur. Le constructeur automobile Ford a ainsi annoncé qu'en l'état, il n'augmenterait pas les prix de ses modèles vendus en Chine.

Certains ports chinois retardent les autorisations de passage des biens provenant des Etats-Unis, selon quatre sources. Il ne semble pas qu'il y ait des instructions exigeant d'immobiliser les cargaisons mais certains centres douaniers attendent des instructions supérieures pour l'imposition des nouveaux droits d'entrée, ont ajouté les sources.

Pour le ministère du Commerce chinois, les agissements de Washington sont une "infraction aux règles du commerce international" et les Chinois reprochent aux Américains d'avoir "lancé la plus grande guerre commerciale de l'histoire économique".

L'objectif du président des Etats-Unis, champion de "l'Amérique d'abord", est de rééquilibrer les échanges commerciaux des Etats-Unis avec la Chine, en déficit de quelque 375 milliards de dollars l'année dernière. Il fustige aussi les vols de propriété intellectuelle auxquels se livreraient la Chine et les barrières à l'entrée qui seraient imposées aux entreprises américaines.

Le 3 avril dernier, l'administration Trump avait annoncé son intention de taxer à 25% en deux étapes plus de 1.300 produits chinois représentant au total 50 milliards de dollars.

Une première série de produits, d'un montant de 34 milliards de dollars, est taxée depuis vendredi 00h01 heure de Washington (04h01 GMT), heure à laquelle sont entrées en vigueur les mesures chinoises de rétorsion. Une deuxième tranche (16 milliards) sera taxée dans deux semaines.

Le 18 juin, Trump a par ailleurs menacé de taxer à 10% quelque 200 milliards de dollars de marchandises supplémentaires et dit avoir 200 milliards de dollars supplémentaires à taxer en cas de représailles de Pékin.

Après les premiers 34 milliards de ce vendredi, a déclaré le président américain à bord de son avion Air Force One, "vous avez encore 16 (milliards de dollars) dans deux semaines. Et puis, comme vous le savez, nous avons 200 milliards de dollars en suspens et, après ces 200 milliards de dollars, nous avons 300 milliards de dollars en suspens. OK ? Ainsi, nous avons 50 + 200 + près de 300."

Selon un conseiller de la banque centrale chinoise, cité par l'agence Chine nouvelle, le projet de taxation de 50 milliards de dollars de produits chinois réduira la croissance économique chinoise de 0,2 point.

Parmi les produits chinois désormais taxés à 25% par les agents de l'US Customs and Border Protection figurent des véhicules à moteur, des lecteurs de disques durs, des composants d'imprimantes et de nombreux composants industriels, mais pas d'articles de grande consommation comme les téléphones portables ou les chaussures.

Parmi les produits américains que taxe la Chine, on retrouve le soja, le sorgho et le coton. Cela devrait affecter les agriculteurs américains d'États comme le Texas ou l'Iowa qui ont soutenu Donald Trump pour l'élection présidentielle de 2016.

(avec James Oliphant et Jeff Mason à Washington, Christian Shepherd, Ben Blanchard, Stella Qiu et Elias Glenn à Pékin et Adam Jourdan à Shanghai; Danielle Rouquié, Henri-Pierre André et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com