»
»
»
Consultation

Climat: Les dix catastrophes les plus graves de 2018 ont coûté 85 milliards de dollars

Climat: Les dix catastrophes les plus graves de 2018 ont coûté 85 milliards de dollars
Crédit photo © Reuters

LONDRES (Fondation Thomson Reuters) - Les dix plus graves catastrophes dues au changement climatique de 2018 ont causé au moins 84,8 milliards de dollars (74,4 milliards d'euros) de dégâts, selon un étude de l'organisation humanitaire Christian Aid publiée jeudi.

"Ce rapport montre que, pour beaucoup, le changement climatique a d'ores et déjà des conséquences dévastatrices sur les conditions de vie et les moyens de subsistance", souligne Kat Kramer, directrice l'ONG pour les questions climatiques, dans un communiqué.

Selon les Nations Unies, 20 des 22 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées et 2018 sera la quatrième du classement.

Les catastrophes naturelles liées au réchauffement les plus coûteuses de l'année ont été les ouragans Florence et Michael, qui ont causé au moins 32 milliards de dollars (28 milliards d'euros) de dégâts aux États-Unis, dans les Caraïbes et en Amérique centrale, d'après les auteurs du rapport.

Les feux de forêt qui se sont déclarés en novembre en Californie ont par ailleurs causé neuf milliards de dollars (7,9 milliards d'euros) de pertes.

Les inondations survenues cet été au Japon et le typhon Jebi, qui a balayé l'archipel à l'automne, ont quant à eux coûté 9,3 milliards de dollars (8,2 milliards d'euros).

La sécheresse en Europe, les inondations dans le sud de l'Inde et le typhon Mangkhut, qui a fait d'importants dégâts aux Philippines et en Chine, figurent également parmi les catastrophes les plus graves de 2018.

Leurs coûts ont été évalués sur la base des chiffres obtenus auprès des gouvernements, des banques et des compagnies d'assurance. Ils ne concernent parfois que les biens assurés et ne tiennent pas compte des bilans humains.

"Les conséquences du changement climatique ne sont plus minimes. Les conditions météorologiques mondiales deviennent de plus en plus extrêmes sous nos yeux. La seule chose qui puisse empêcher cette dérive destructrice est une baisse rapide des émissions de carbone", affirme Michael Mann, professeur de climatologie à la Penn State University, dans le communiqué de Christian Aid.

(Sonia Elks, Jean-Philippe Lefief pour le service français)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com