Chili : Vers un second tour de scrutin présidentiel polarisé

Chili : Vers un second tour de scrutin présidentiel polarisé
Chili : Vers un second tour de scrutin présidentiel polarisé
Crédit photo © Reuters

par Gram Slattery et Natalia A. Ramos Miranda

SANTIAGO (Reuters) - Un second tour de scrutin polarisé se dessine au Chili alors que le candidat ultra-conservateur Jose Antonio Kast devance l'élu de gauche Gabriel Boric à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle organisée dimanche, montrent les résultats provisoires.

Après le dépouillement de près de 97% des bulletins, Jose Antonio Kast était crédité de 27,94% des suffrages, contre 25,75% pour Gabriel Boric, un écart trop étroit pour l'emporter dès le premier tour.

Les bons résultats obtenus par ailleurs par les candidats de centre-droit pourraient profiter à Jose Antonio Kast lors du second tour, prévu le 19 décembre.

"Ce fut pour la droite une soirée meilleure", a commenté Gonzalo Cordero, consultant politique et éditorialiste. "La probabilité aujourd'hui pour que Kast remporte l'élection présidentielle est très élevée. Pour perdre, il faudrait qu'il commette des erreurs majeures au cours des trois prochaines semaines".

Depuis le retour à la démocratie dans le pays, en 1990, jamais un scrutin n'avait donné lieu à autant de divisions. Une partie de l'électorat veut une réforme du modèle économique, tandis que d'autres électeurs privilégient une ligne plus dure contre la criminalité et l'immigration.

Jose Antonio Kast, un catholique de 55 ans père de neuf enfants, a promis de sévir contre la criminalité et a fait l'éloge de l'"héritage économique" néolibéral de l'ancien dictateur Augusto Pinochet.

Son discours provocateur et conservateur, sa position dure face à l'immigration illégale lui ont valu d'être comparé à l'ancien président américain Donald Trump et à l'actuel dirigeant brésilien Jair Bolsonaro.

Gabriel Boric, élu âgé de 35 ans qui fut le chef de file des manifestations étudiantes de 2011 pour réclamer une réforme du système éducatif, a promis une rupture avec le modèle économique néolibéral et de renforcer la protection de l'environnement ainsi que les droits des indigènes.

L'élection intervient deux ans après le mouvement de contestation parfois violent dénonçant les inégalités sociales. Ces manifestations ont débouché sur la rédaction, toujours en cours, d'une nouvelle Constitution destinée à remplacer celle datant de la dictature Pinochet et ont favorisé la candidature de Gabriel Boric, en tête dans les sondages d'avant-scrutin.

Mais la lassitude de la population à l'égard de la violence politique, dans un climat d'inquiétude face à ce qui est perçu comme une hausse de la criminalité, a renforcé la candidature de Jose Antonio Kast à l'approche du scrutin.

Au cours d'un long discours devant ses partisans après l'annonce de résultats partiels, Jose Antonio Kast a de nouveau mis en avant la lutte contre la criminalité, décrivant le scrutin comme un choix entre "la liberté et le communisme", en référence à la coalition de gauche menée par Gabriel Boric.

Il s'agit d'une bataille pour que l'"espoir l'emporte sur la peur", a dit pour sa part Gabriel Boric lors d'un discours, abordant lui aussi, fait rare durant la campagne, les thèmes de la lutte contre la criminalité et le trafic de drogue.

Les électeurs votaient également pour le renouvellement des 155 sièges de députes, de la moitié des sièges de sénateurs et tous les postes aux conseils régionaux.

(Reportage Gram Slattery et Natalia A. Ramos Miranda; version française Laetitia Volga et Jean Terzian)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !