»
»
»
Consultation

Carrefour dément préparer une offre sur Casino

Carrefour dément préparer une offre sur Casino
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Carrefour a démenti mercredi préparer une offre sur son concurrent français Casino après des informations de presse évoquant une réflexion en cours depuis plusieurs semaines au sein de l'état-major du géant de la distribution.

En Bourse, à 10h06, les actions de Casino et Rallye avancent respectivement de 1,55% et 5,26% malgré ce démenti.Carrefour, de son côté, recule de 0,83% à 16,75 euros.

BFM Business a relancé les spéculations sur un mariage entre les deux distributeurs, en rapportant que le PDG de Carrefour Alexandre Bompard réfléchissait depuis l'été à une offre de reprise sur la totalité des actifs du distributeur, mis sous pression par sa dette et le placement en sauvegarde de sa maison-mère Rallye.

Selon le média, une offre publique d’échange entre 4 et 4,2 milliards d’euros a notamment été évoquée, ce qui représenterait 25% de plus que sa valeur fin juin. Il ajoute que Carrefour pourrait encore améliorer son offre pour la porter à 48 euros par action, en ajoutant une composante en numéraire à sa proposition.

Carrefour n'a pas encore arrêté sa décision, a cependant précisé BFM Business, notamment parce que son offre risquerait d'être considérée comme hostile par Jean-Charles Naouri, le PDG et propriétaire de Casino.

"Il n'y a pas d'offre ni de projet d'offre sur la table", a réagi une porte-parole de Carrefour, contactée par Reuters.

Casino, de son côté, n'a pas souhaité faire de commentaire sur ces informations.

L'an dernier, Carrefour et Casino s'étaient livrés à une bataille de communication inédite, Casino ayant annoncé avoir rejeté une proposition de rapprochement de son concurrent qui avait aussitôt fermement démenti avoir entrepris la moindre démarche en ce sens.

Le retour des rumeurs de rapprochement intervient une semaine après que Casino a annoncé l'arrivée à son capital de l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky à hauteur de 4,63%, devenant ainsi le deuxième actionnaire de la société derrière Jean-Charles Naouri.

Dans une note, les analystes de Bernstein jugent plausible un rapprochement entre les deux distributeurs, rappelant la complexité du marché français sur lequel sont implantés six acteurs affichant plus de 10% de parts de marché.

Ils soulignent en revanche la complexité d'une telle opération, Carrefour et Monoprix étant tous les deux propriétaires de nombreux magasins de proximité à Paris.

"Nous imaginerions beaucoup de cessions pour l'un des actifs les plus intéressants", écrivent les analystes, notant par ailleurs que le prix évoqué par BFM Business, même dans sa fourchette haute, ne suffirait pas à Rallye pour redevenir solvable.

(Gwénaëlle Barzic et Pascale Denis avec Danilo Masoni, édité par Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com