Calme plat avant les chiffres de l'emploi américain

Calme plat avant les chiffres de l'emploi américain
Calme plat avant les chiffres de l'emploi américain
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Wall Street est pour l'instant attendue en légère hausse alors que les Bourses européennes hésitent à mi-séance vendredi dans l'attente des chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis, l'un des facteurs déterminants de la politique monétaire de la Réserve fédérale, inconnue no1 des marchés.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais préfigurent à ce stade une progression de 0,18% pour le Dow Jones comme pour le Standard & Poor's 500 et de 0,12% pour le Nasdaq. Ces deux derniers ont encore inscrit des records de clôture jeudi, profitant entre autres de la hausse des valeurs de l'énergie.

À Paris, le CAC 40 perd 0,43% à 6733,92 points vers 10h45 GMT alors qu'à Londres, le FTSE 100 prend 0,17% et qu'à Francfort, le Dax avance de 0,12%.

L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,21%, le FTSEurofirst 300 de 0,17% et le Stoxx 600 de 0,16%.

Les créations d'emplois aux Etats-Unis devraient avoir diminué en août selon le consensus Reuters, qui table sur 750.000 postes créés après 943.000 en juillet. Mais les estimations des 80 économistes interrogés vont de 375.000 à plus d'un million, une disparité qui reflète l'incertitude actuelle, entre propagation du variant Delta, pénurie de main d'oeuvre et tensions sur les chaînes d'approvisionnement.

Or l'emploi reste l'un des facteurs dont dépendront les prochaines décisions de la Fed, à commencer par le calendrier de réduction de ses achats d'actifs sur les marchés, susceptibles de dicter la tendance des prochains mois pour les actions comme pour les emprunts d'Etat.

"Même si notre prévision de créations d'emplois non-agricoles est sous le consensus, nous pensons qu'un ralentissement de cette ampleur resterait compatible avec l'annonce du 'tapering' par la Fed en novembre, sauf autres grosses mauvaises surprises", expliquent les économistes de Goldman Sachs dans une note.

Hors des Etats-Unis, l'indice Caixin-Markit des directeurs d'achats du secteur des services en Chine a montré une contraction de l'activité en août, liée aux restrictions mises en oeuvre pour freiner le variant Delta.

Les PMI des services et composites européens, eux, confirment la reprise de l'activité, mais à un rythme moins soutenu en août qu'en juillet.

Dans ce contexte, l'indice mondial MSCI (+0,12%) a trouvé un soutien dans la forte hausse de la Bourse de Tokyo (+2,05% pour le Nikkei) en réaction au départ annoncé du Premier ministre, Yoshihide Suga, qui renonce à briguer la tête de son parti à la fin du mois.

Voir aussi:

*ENQUÊTE-Les rachats d'actifs de la BCE vont ralentir mais pas s'arrêter

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

En Europe, la plus forte hausse sectorielle est pour le compartiment des matières premières, dont l'indice Stoxx gagne 0,58%, la plus forte baisse pour le transport et les loisirs (-0,55%).

A Paris, Technip Energies bondit de 6,89% après la vente de 9,9% de son capital par TechnipFMC (-0,11%).

Les investisseurs attendent après la clôture européenne l'annonce de la nouvelle composition de l'indice Dax allemand, qui doit passer de 30 à 40 valeurs.

TAUX Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans oscille autour de 1,30% mais dans une fourchette très étroite en attendant les statistiques de l'emploi.

Dans la zone euro, le dix ans allemand est quasi stable à -0,382%. En baisse en début de séance, il est remonté après la publication des résultats définitifs des enquêtes PMI sur le continent.

CHANGES Le dollar est revenu à l'équilibre après être tombé à son plus bas niveau depuis le 5 août face à un panier de devises de référence, victime de la prudence des cambistes avant le rapport sur l'emploi américain.

L'euro, toujours soutenu par la vigueur de l'inflation et les déclarations de responsables de la Banque centrale européenne (BCE) sur la réduction des soutiens à l'économie, en a profité pour remonter à 1,1884 dollar, son meilleur niveau contre le billet vert depuis le 4 août, avant de revenir sous 1,1870.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est en légère hausse, la lenteur du retour à la normale dans le golfe du Mexique après le passage de l'ouragan Ida assurant un soutien aux cours.

Le Brent gagne 0,73% à 73,56 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,44% à 70,30 dollars.

(Édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !