Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Bridgestone a décidé de fermer son site de Béthune

Bridgestone a décidé de fermer son site de Béthune
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le groupe japonais Bridgestone a décidé de se retirer de son site de fabrication de Béthune (Pas-de-Calais), qui emploie 863 personnes, a annoncé jeudi la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher, tout en assurant poursuivre la recherche d'un repreneur.

"Bridgestone a fermé la porte, Bridgestone quitte le site de Béthune mais nous, nous serons là au côté des salariés pour trouver les meilleures solutions possibles", a déclaré la ministre à l'issue d'une nouvelle réunion de travail sur place avec des représentants de la direction, des syndicats et des élus locaux.

Le groupe japonais a annoncé en septembre son intention de fermer le site de Béthune, au nom de la préservation de ses activités européennes, qui souffrent de surcapacités. Le gouvernement et les élus locaux ont tenté de monter un plan alternatif.

Dans un communiqué jeudi, Bridgestone explique que la piste, étudiée depuis, du maintien d'une partie de l'activité sur le site "ne permet pas d'aboutir à un scénario industriel réaliste pour le groupe comme pour les salariés de Béthune".

Il explique que "réduire la capacité de production de l'usine à une quantité de trois millions de pneus ne constitue pas une solution pérenne pour Bridgestone, face à des concurrents dont la taille des usines s’accroît pour atteindre 10 à 20 millions de pneus".

Bridgestone assure mettre en oeuvre "tous les moyens nécessaire" pour chercher des solutions externes viables pour les salariés, en parlant de pistes "prometteuses" mais sans avancer de chiffres en terme d'emplois préservés.

Il évoque à la fois de nouvelles activités industrielles et des reclassements au sein du groupe ou en dehors.

De son côté, Agnès Pannier-Runacher a déclaré que l'Etat allait travailler sur des possibilités de reprise du site et sur une amélioration du plan social préparé par le groupe japonais.

"Nous allons nous battre pour ce que ce site reste industriel et nous battre pour que chacun des salariés, chacune des familles qui sont aujourd'hui en situation de difficulté puisse trouver une solution", a dit la ministre.

Le gouvernement entend aussi travailler pour tenter de trouver un repreneur pour le site du Pas-de-Calais.

Parmi les pistes possibles, Agnès Pannier-Runacher a relevé que l'usine de Béthune pourrait accueillir des activités d'avenir comme la batterie électrique.

Xavier Bertrand, le président de la Région Hauts-de-France, a promis sur Twitter un appui des collectivités qui sont selon lui prêtes à "à financer des projets de reprise avec des emplois solides à la clef".

Selon l'élu, Bridgestone doit "maintenant mettre le maximum pour les salariés et pour retrouver de l’activité sur le site".

(Gwénaëlle Barzic et Marc Angrand)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !