Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Brexit : La pêche ne sera pas une variable d'ajustement, promet Girardin

Brexit : La pêche ne sera pas une variable d'ajustement, promet Girardin
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les pêcheurs français préfèreront ne pas avoir d'accord plutôt que d'accepter un mauvais accord sur leurs droits de pêche après le Brexit, prévient dans un entretien publié dimanche la ministre de la Mer Annick Girardin, jugeant pour l'heure inacceptables les propositions de la Grande-Bretagne.

La pêche est l'un des principaux points de blocage des négociations entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne sur leurs futures relations commerciales post-Brexit.

"Jusqu'à aujourd'hui, le Royaume-Uni a fait des propositions inacceptables", explique Annick Girardin dans un entretien au Journal du Dimanche. "Les pêcheurs préfèrent ne pas avoir d'accord plutôt qu'un mauvais accord, et ils n'ont pas tort".

"Nous avons posé des lignes rouges : les accès aux zones de pêche, les quotas et les espèces que nous pêchons aujourd'hui", ajoute-t-elle. "Il faut que les Européens préservent leurs ressources et leurs accès".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré ce samedi au président français Emmanuel Macron que Londres explorerait toutes les pistes possibles pour aboutir à un accord commercial mais que des progrès devaient être accomplis dans les prochains jours pour régler les différends, notamment sur le dossier de la pêche.

"On se prépare à toutes les éventualités, et donc aussi à un non-accord", a expliqué Annick Girardin. "La France se prépare à accompagner ses pêcheries et l'ensemble de la filière. Des outils européens devront être mis en place pour cela".

(John Irish et Gwénaëlle Barzic)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !