Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Biden avance vers la victoire, Trump multiplie les recours

Biden avance vers la victoire, Trump multiplie les recours
Crédit photo © Reuters

par Trevor Hunnicutt et Steve Holland

WASHINGTON/WILMINGTON, Delaware (Reuters) - Joe Biden a paru jeudi se rapprocher légèrement de la victoire à l'élection présidentielle aux Etats-Unis, dont l'issue dépend désormais d'une poignée d'Etats dans lesquels les écarts sont extrêmement minces et se resserrent au fur et à mesure du dépouillement, contesté par Donald Trump, qui promet de mener une bataille juridique tous azimuts pour conserver la Maison blanche.

La lenteur du dépouillement dans ces Etats, en raison d'un vote massif par correspondance sur fond d'épidémie de nouveau coronavirus, favorise les tensions autour des bureaux de vote entre les partisans du président sortant et ceux de son adversaire démocrate.

Joe Biden continue de grignoter son retard sur Donald Trump en Pennsylvanie et en Géorgie tout en conservant une petite marge dans le Nevada et l'Arizona.

Pour remporter la victoire, un candidat doit obtenir 270 voix au sein du collège de 538 grands électeurs désignés Etat par Etat. D'après les dernières projections de l'institut Edison Research, Joe Biden est déjà assuré de 243 grands électeurs contre 213 pour Donald Trump.

Ce dernier, qui n'a cessé tout au long de la campagne de mettre en garde contre les possibles atteintes à l'intégrité du scrutin en raison du vote par correspondance, a une nouvelle fois dénoncé jeudi des fraudes, sans en apporter la preuve.

Il multiplie les recours en justice et a réclamé un nouveau décompte des voix dans au moins un Etat, le Wisconsin, que certains médias américains attribuent déjà à son adversaire.

"Ce que nous constatons avec ces procédures en justice, c'est qu'elles sont sans valeur et rien d'autre qu'une tentative de détourner l'attention et de retarder ce qui est désormais inévitable: Joe Biden sera le prochain président des Etats-Unis", a dit Jen O'Malley Dillon, la directrice de campagne de l'ancien vice-président de Barack Obama, âgé de 77 ans.

"SOYEZ PATIENTS", DIT BIDEN

Face à l'activité de Donald Trump sur le terrain judiciaire, Joe Biden a lui-même tenu à afficher une nouvelle fois sa sérénité. "Soyez patients, les amis. Les votes sont en train d'être comptés et nous sommes bien là où nous sommes", a-t-il écrit sur Twitter.

Alors que Donald Trump, 74 ans, s'est proclamé vainqueur dès la nuit de mardi à mercredi, avant même la fin du dépouillement dans de nombreux Etats, son équipe de campagne a continué de marteler ce message. "Donald Trump est bel et bien vivant" dans ce scrutin, a dit Bill Stepien, l'un des organisateurs de la campagne du président soutenu par les Républicains.

En Géorgie et en Pennsylvanie, les derniers bulletins à dépouiller se concentrent dans des zones urbaines a priori favorables aux démocrates, comme les régions d'Atlanta et de Philadelphie.

Donald Trump doit remporter les Etats où il est pour l'instant en tête, y compris la Caroline du Nord, et ajouter soit l'Arizona soit le Nevada pour éviter de devenir le premier président sortant non réélu pour un deuxième mandat depuis George H.W. Bush en 1992.

L'actuel locataire de la Maison blanche manifeste une exaspération croissante face à la poursuite du dépouillement dans les Etats où il fait encore la course en tête. Jeudi matin, il s'est encore tourné vers Twitter pour lancer "ARRÊTEZ LE DÉCOMPTE" ou "ARRÊTEZ LA FRAUDE", bien qu'il n'ait ni l'autorité sur la procédure de dépouillement ni la preuve publique de la moindre fraude.

D'après deux de ses conseillers, le président est à la Maison blanche et passe son temps au téléphone et à surveiller l'évolution de la situation sur les chaînes de télévision.

Au plan national, Joe Biden a pour l'instant obtenu environ 3,6 millions de voix de plus que Donald Trump.

(Steve Holland, Daphne Psaledakis, Andy Sullivan, Susan Heavey et Doina Chiacu à Washington, Mimi Dwyer à Phoenix, Tim Reid à Los Angeles, Tom Hals dans le Delaware,; version française Jean Terzian, Claude Chendjou, Henri-Pierre André et Bertrand Boucey)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !