»
»
»
Consultation

Bertrand Delanoë tend une branche d'olivier aux Verts

Bertrand Delanoë tend une branche d'olivier aux Verts

par Laure Bretton

PARIS (Reuters) - A dix jours du premier tour des municipales, Bertrand Delanoë s'est tourné vers les Verts parisiens - "amis de la majorité"
- avec qui le ton est monté ces dernières semaines.

Devant 3.000 personnes réunies au Zénith, le maire socialiste de Paris a aussi réclamé du MoDem, sans jamais le citer, qu'il dise "ses
projets" d'alliance avant le scrutin au nom de la démocratie.

"J'aime trop la démocratie pour lui proposer de faire des zigzags. La démocratie c'est tout droit", a-t-il déclaré sur la scène éclairée de rose
où avaient pris place ses vingt têtes de liste d'arrondissement.

Delanoë a salué ses alliés du premier tour, Parti communiste, PRG et MRC. "Cela n'exclut pas les autres amis de la majorité (...) J'espère
bien qu'on va les retrouver. Leurs convictions, leurs compétence m'importent", a-t-il ajouté en direction des Verts.

Mais "le rassemblement le plus important, le rassemblement décisif, c'est celui du premier tour, celui du 9 mars", a-t-il insisté face au risque
de démobilisation, les sondages prédisant sans discontinuer sa réélection.

Avant le début du meeting, Lionel Jospin avait lancé le même appel à la mobilisation.

"Il faut que tous ceux qui veulent soutenir son action votent dès le premier tour, c'est un spécialiste qui vous parle", a déclaré celui qui, le 21
avril 2002, avait été éliminé dès le premier tour de la présidentielle.

Pendant 45 minutes d'un discours décousu, Bertrand Delanoë a dressé le bilan de sa mandature et défendu ses projets jusqu'en 2014.

La baisse de la pollution, les 30.000 logements sociaux, les Vélib, les compte-rendus de mandat, "j'assume", a-t-il énuméré, demandant aux
électeurs parisiens de choisir le 9 mars "qui est crédible" sur ces questions.

A GAUCHE, "NOUS SOMMES POLIS"

Il ne s'est décerné qu'un unique bémol, l'aménagement de la circulation du boulevard Saint-Marcel, dans le XIIIe - "je sais reconnaître mes
erreurs (...) Il faut corriger" - et n'a jamais cité les noms des autres têtes de liste.

Tout juste a-t-il mentionné les "chiffres faux de ma principale concurrente", Françoise de Panafieu, sur les créations d'emploi.

A plusieurs reprises, celui que la droite accuse de prendre Paris pour tremplin vers la présidentielle a fait affleurer la politique nationale,
souvent par touches d'humour et toujours par ellipses.

"Ah la rupture, on l'a faite" par rapport aux mandatures précédentes, s'est-il félicité en évoquant le dialogue relancé entre la capitale et les
villes voisines.

"Ça, c'est pas bling bling", a-t-il ironisé en faisant la liste des réalisations culturelles de la gauche à Paris, notamment en faveur de l'art
contemporain.

Et la volonté de sa majorité d'aider les personnes âgées et la petite enfance à vivre ensemble, "c'est pas un bel enjeu de civilisation ça?",
a-t-il ajouté, en allusion à la "politique de civilisation" dont Nicolas Sarkozy s'est fait le héraut.

Sur scène au début de la soirée, plusieurs orateurs s'en sont pris à Nicolas Sarkozy, dénonçant ses déclarations sur les religions ou sa
politique d'immigration.

Après les interventions sur scène de Raymond Aubrac, figure de la résistance, et du généticien Axel Kahn, Gérard Darmon, maître de
cérémonie, a salué la "hauteur" des débats.

"C'est autre chose que le Salon de l'agriculture", a-t-il lancé à la salle, hilare.

Jean-Michel Ribes, auteur et metteur en scène, a déploré "le nuage de vulgarité qui tombe sur la France" et les "valeurs de l'argent" portées
aux nues selon lui par le président.

"La culture c'est tout ce que n'est pas Nicolas Sarkozy", a souligné le directeur du théâtre du Rond-Point.

Avant lui, Gérard Darmon s'est livré à un pot-pourri des écarts de langage ayant fusé des derniers mois dans les rangs de la droite.
"Dégueulasse, charognard, salope et aussi tocard: ça vole très haut", a-t-il ironisé sous les huées. "Nous, nous sommes de gauche, nous
sommes polis."


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com