»
»
»
Consultation

Baisse en vue à Wall Street, commerce et Chine pèsent de nouveau

Baisse en vue à Wall Street, commerce et Chine pèsent de nouveau
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en baisse et les Bourses européennes reculent à mi-séance vendredi, l'heure n'étant pas à la prise de risque pour la dernière séance du mois face aux incertitudes sur le commerce international, à la chute des cours du pétrole et aux signes de ralentissement économique, notamment en Chine, un contexte qui alimente les interrogations sur le resserrement monétaire.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en recul de 0,5% à 0,6%.

À Paris, le CAC 40 perd 0,39% à 4.986,83 points à 12h40 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,67% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,76%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,51%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,26% et le Stoxx 600 de 0,46%.

L'enjeu numéro un des heures à venir est sans conteste la rencontre prévue samedi à Buenos Aires, en marge du sommet du G20, entre le président américain, Donald Trump, et son homologue chinois, Xi Jinping, censée leur permettre d'avancer vers un compromis sur le sujet brûlant du commerce international.

Mais rares sont les investisseurs qui osent croire à ce que le tête-à-tête débouche sur un accord en bonne et du forme; la menace d'un relèvement le 1er janvier des droits de douane américains sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis risque donc de continuer de planer sur les marchés.

"Même si un accord sur la question des tarifs douaniers était annoncé à l'occasion du prochain sommet du G20, il ne devrait pas mettre un terme aux tensions entre les deux puissances et cette rivalité reviendra périodiquement créer de la volatilité sur les marchés", estime ainsi Florent Delorme, spécialiste macro chez M&G.

Une perspective d'autant plus sombre que l'économie chinoise continue de montrer des signes de ralentissement: l'indice PMI manufacturier officiel est revenu en novembre sur la barre de 50, ce qui traduit une stagnation de l'activité, pour la première fois en deux ans.

Le mois de novembre devrait se solder par un deuxième repli consécutif pour le Stoxx 600 et le CAC 40 mais par une quatrième baisse mensuelle d'affilée pour le Dax, du jamais vu depuis 2008.

VALEURS EN EUROPE

Sur les Bourses européennes, la baisse du PMI chinois pénalise notamment le secteur des ressources de base, dont l'indice Stoxx cède 1,09%.

Le recul le plus marqué est toutefois pour le compartiment automobile (-1,99%), qui souffre à la fois des craintes persistantes d'une taxation des voitures importées aux Etats-Unis et d'une note peu encourageante de HSBC sur les perspectives du marché automobile.

Le constructeur Daimler et l'équipementier Faurecia, sur lesquels la banque britannique a abaissé sa recommandation à "alléger" contre "conserver", perdent respectivement 3,32% et 6,75%.

A la hausse, Altice Europe bondit de 9,14% après l'annonce de la vente de la moitié du capital de son réseau de fibre à des fonds d'investissement.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

CHANGES

Le dollar profite des incertitudes sur le commerce et s'apprécie de 0,2% face à un panier de devises de référence, ramenant l'euro autour de 1,1365.

Le fait que la rencontre Trump-Xi ait lieu pendant le week-end favorise en effet le repli sur les valeurs refuges.

A l'opposé, le yuan chinois souffre à la fois du risque de montée des barrières commerciales et du recul du PMI manufacturier officiel.

L'"indice dollar" accuse sur l'ensemble du mois de novembre un repli de près de 0,2%, sa plus mauvaise performance mensuelle depuis juillet, ce qui s'explique principalement par la révision à la baisse des anticipations de remontée des taux d'intérêt américains.

Du côté des cryptomonnaies, le bitcoin chute de plus de 8%. Revenu sous 3.900 dollars, il se rapproche du plus bas de 14 mois touché dimanche dernier à 3.474,73.

TAUX

Le rendement des emprunts d'Etat américains à dix ans débute la journée sur une note faible, à 3,017%, en recul de près de deux points de base.

Son équivalent allemand, référence pour la zone euro, est quant à lui revenu sous 0,31%, au plus bas depuis le mois d'août.

Les rendements italiens sont stables en dépit de la révision à la baisse des chiffres du produit intérieur brut (PIB) pour le troisième trimestre, qui montrent désormais une contraction de 0,1% par rapport aux trois mois précédents.

PÉTROLE

Les cours du brut ont repris leur baisse marquée, un mouvement de fond alimenté par le niveau élevé des stocks et l'augmentation de la production aux Etats-Unis, en Russie et dans certains pays du Moyen-Orient.

Le Brent s'échange autour de 58,75 dollars (-1,26%) après être tombé jeudi à 57,50 dollars, son plus bas niveau depuis plus de 13 mois, tandis que le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) abandonne plus de 1,7% à 50,56 dollars.

Leur chute récente (le Brent a cédé plus de 30% en moins de deux mois) risque de compliquer la tâche de l'Opep et de ses alliés, qui se réunissent la semaine prochaine à Vienne pour tenter de s'accorder sur un encadrement de leur production afin de soutenir les prix.

MÉTAUX

Le cours du cuivre et celui de l'aluminium reculent en réaction à la baisse du PMI chinois.

L'aluminium se dirige ainsi vers son troisième mois consécutif de baisse.

(Édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com