»
»
»
Consultation

Avec London Gatwick, Vinci met la main sur un 46e aéroport

Avec London Gatwick, Vinci met la main sur un 46e aéroport
Crédit photo © Reuters

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Vinci a annoncé jeudi un accord pour devenir actionnaire majoritaire de l'aéroport londonien de Gatwick avec le rachat de 50,01% des parts du deuxième aéroport britannique pour environ 2,9 milliards de livres sterling (3,2 milliards d'euros).

L'opération, conclue avec la société propriétaire, Gatwick Airport Limited, devrait être finalisée au premier semestre 2019. Vinci deviendra opérateur de la plateforme, en partenariat avec le fonds Global Infrastructure Partners, qui gérera les 49,99% restants.

"On est à un moment un peu particulier pour Londres et le Royaume-Uni, et avoir une transaction à moins de 20 fois l'Ebitda pour une licence illimitée est quelque chose dont on n'aurait pas rêvé il y a quelques mois sur le système londonien", a déclaré Nicolas Notebaert, directeur général de Vinci Concessions et président de Vinci Airports, en réponse à une question sur l'opportunité d'un tel investissement avec le Brexit.

Il estime que l'approche du divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne explique le bon prix obtenu, mais que la perspective d'un tourisme accru vers le Royaume-Uni pour profiter notamment des effets de changes - les touristes représentent la moitié du trafic de Gatwick - devrait compenser les impacts négatifs du Brexit sur la croissance économique britannique.

Vers 12h25, l'action Vinci gagne 0,3688% à 70,76 euros

LE PLUS GROS AÉROPORT DE VINCI

Cette transaction portera à 46 aéroports le réseau du groupe français de BTP et de concessions, qui a fait du développement aéroportuaire l'une de ses priorités stratégiques pour surfer sur le boom du transport aérien et augmenter son portefeuille de concessions, gage de visibilité à long terme.

L'aéroport de Gatwick, qui devient le plus gros aéroport du réseau mondial de Vinci, accueille environ 46 millions de passagers par an.

Malgré la taille de l'opération, Nicolas Notebaert a souligné que l'opération britannique ne remettait "pas du tout" en cause l'intérêt de Vinci pour les aéroports parisiens d'ADP.

"Les calendriers ne sont pas les mêmes, là nous avons bénéficié d'une opportunité très intéressante", a-t-il expliqué. "Pour ADP (...), tout dépendra des modalités, qui ne sont pas établies, je crois aujourd'hui, que le gouvernement français retiendra dans les prochains mois. Mais ce n'est pas pour tout de suite, et financièrement, opérationnellement, on a la capacité."

Eiffage, autre acteur français du BTP et des concessions, ne fait plus mystère, à son tour, de ses ambitions dans les aéroports afin de développer ses concessions au-delà des seules autoroutes.

La semaine dernière, il a annoncé avoir acquis sur le marché 5,03% du capital de Getlink, l'exploitant du tunnel sous la Manche, pour un montant de 307,5 millions d'euros.

(Edité par Matthieu Protard)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com