Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Aux Etats-Unis, l'emploi repart à la baisse

Aux Etats-Unis, l'emploi repart à la baisse
Crédit photo © Reuters

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - L'économie américaine a détruit des emplois en décembre pour la première fois en huit mois, montre vendredi le rapport mensuel du département du Travail, qui reflète l'impact de l'accélération de l'épidémie de coronavirus sur les effectifs des entreprises.

L'administration a recensé 140.000 suppressions de postes non-agricoles alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 71.000 créations d'emplois.

Les chiffres de novembre ont toutefois été révisé à la hausse avec 336.000 postes créés contre 245.000 initialement.

La première économie mondiale n'a ainsi récupéré qu'un peu plus de la moitié des 22,2 millions d'emplois détruits en mars-avril pendant le choc du premier confinement.

Le taux de chômage, calculé sur la base d'une enquête distincte de celle menée pour chiffrer les créations d'emplois, est toutefois resté inchangé le mois dernier à 6,7%.

Malgré ce nouveau passage à vide du marché du travail, les Etats-Unis ne sont pas sous la menace d'une rechute en récession, notamment grâce aux quelque 900 milliards de dollars (733 milliards d'euros) de mesures de relance et de soutien à la consommation adoptées la semaine dernière par le Congrès.

Et les entreprises comme les marchés tablent sur des soutiens budgétaires supplémentaires ainsi que sur une accélération de la campagne de vaccination contre le COVID-19 une fois que l'administration Biden sera entrée en fonctions, le 20 janvier.

Le pays affiche désormais plus de 21 millions de cas de contamination depuis le début de l'épidémie et plus de 356.000 morts selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Le nouveau coup d'arrêt à l'emploi s'ajoute à une série d'indicateurs suggérant que l'ampleur de l'épidémie pèse sur le moral des ménages et leur consommation.

"L'économie va rester affaiblie pendant les prochains mois mais le soutien budgétaire et les vaccins devraient lui redonner de l'élan d'ici l'été", estime Mark Zandi, chef économiste de Moody's Analytics.

Le produit intérieur brut (PIB) américain est attendu en hausse de 5% environ en rythme annualisé au quatrième trimestre, grâce entre autres à la reconstitution des stocks des entreprises. Il avait rebondi de 33,4% sur juillet-septembre après une chute sans précédent de 31,4%, toujours en rythme annualisé, sur avril-juin.

En décembre, le salaire horaire moyen a augmenté de 0,8% le mois dernier, quatre fois plus qu'attendu, et sa progression en rythme annuel a atteint 5,1%.

Sur les marchés, le dollar a cédé du terrain et le rendement des bons du Trésor américain à dix ans a effacé ses gains après la publication du rapport sur l'emploi, mais Wall Street restait attendue en hausse, sur des niveaux record.

Tableau [nW1N2IY018]

(Version française Marc Angrand)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !