»
»
»
Consultation

Appels au calme à Nantes après une nuit de violences

Appels au calme à Nantes après une nuit de violences
Crédit photo © Reuters

NANTES, Loire-Atlantique (Reuters) - Le gouvernement et les élus locaux ont multiplié les appels au calme mercredi après une nuit de violences dans plusieurs quartiers de Nantes (Loire-Atlantique), à la suite de la mort d'un jeune conducteur après un contrôle routier.

Selon le récit du procureur de Nantes, Pierre Sennès, le jeune homme, âgé de 22 ans et connu des services de police, a été contrôlé par un groupe de six CRS postés dans le quartier du Breil, où régnait un "climat de tension" depuis plusieurs jours.

Au cours de cette opération, le conducteur a donné une fausse identité, conduisant les policiers à lui demander de se garer.

"Le conducteur, semble-t-il, a cherché à se soustraire à ce contrôle en opérant à vive allure une marche arrière dans une démarche de fuite", a encore raconté Pierre Sennès.

Un CRS a alors tiré à une seule reprise sur le jeune homme, le blessant au cou, "provoquant la mort dans un bref délai", ce qu'a confirmé le médecin légiste, a rapporté le procureur.

Le magistrat a indiqué que de nombreuses auditions avaient été réalisées, dont quatre étaient menées mercredi soir par les enquêteurs de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Un appel à témoins a été lancé "pour inviter toute personne pouvant apporter un témoignage utile à l'enquête à se faire connaître. Une personne s'est présentée dans ce cadre et était entendue mercredi soir par les enquêteurs.

Après le tir contre le jeune homme, une centaine de personnes ont attaqué les forces de l'ordre à coups de projectiles et de cocktails Molotov. Des locaux et des voitures ont été incendiés, des barricades dressées, des commerces et des caméras de surveillance dégradés.

DEUX ENQUÊTES

Ces violences se sont ensuite propagées à deux quartiers voisins, Malakoff et Les Dervallières, précise la police.

Au total, selon la préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, une trentaine de véhicules ont été incendiées, ainsi que plusieurs bâtiments, dont la mairie annexe des Dervallières et les centres commerciaux du Breil et des Dervallières.

Le calme est revenu vers 3h00 du matin à la suite de l'envoi de renforts de police et de gendarmerie.

Outre l'enquête de l'IGPN sur les circonstances du décès du jeune automobiliste, la sûreté départementale enquête pour sa part sur les violences urbaines.

"J'appelle la population au calme et à la responsabilité", a déclaré Nicole Klein dans un communiqué. "Il appartient désormais à la justice de faire toute la lumière, en toute indépendance, sur cet événement."

"J'appelle absolument au calme puisque l'Etat de droit sera pleinement respecté", a renchéri la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, interrogée sur RTL.

Le ministre de l'Intérieur a condamné ces violences et ces dégradations et annoncé dans un communiqué qu'il s'associait aux appels au calme des élus et responsables locaux.

Selon ce communiqué, Gérard Collomb a garanti à la maire de Nantes, Johanna Rolland, "que tous les moyens nécessaires" seraient mobilisés "le temps qu'il faudra" pour apaiser la situation et prévenir de nouveaux incidents.

Le ministère de l'Intérieur rappelle que le secteur faisait l'objet d'un dispositif de sécurisation renforcé avec l'appui de CRS depuis des agressions violentes impliquant des habitants du quartier de Breil le 28 juin.

Malakoff et les Dervallières sont par ailleurs des quartiers dits de "reconquête républicaine" dans le cadre du déploiement de la "police de sécurité du quotidien", ajoute le ministère.

(Guillaume Frouin, avec Elizabeth Pineau et Emmanuel Jarry à Paris, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com