»
»
»
Consultation

Appel au calme en France après les caricatures de Mahomet

Appel au calme en France après les caricatures de Mahomet

PARIS (Reuters) - Le Conseil français du culte musulman a lancé un appel au calme vendredi, jour de prière pour la communauté musulmane, à la suite de la polémique suscitée par la publication de caricatures de Mahomet dans l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a réaffirmé que toute manifestation, tout rassemblement à ce sujet, étaient interdits en France. "Aucune dérogation, aucune exception ne sera tolérée", a-t-il déclaré lors d'un déplacement à Marseille.

"Le critère retenu est bien évidemment le trouble à l'ordre public. Le pays a besoin de rassemblement et d'apaisement autour des valeurs de la République et de la laïcité", a-t-il dit.

La préfecture de police de Paris a interdit une manifestation prévue samedi devant la Grande Mosquée. Les locaux de Charlie Hebdo, dans le XXe arrondissement de la capitale, ont été placés sous surveillance.

Les autorités françaises ont pris par ailleurs des mesures de sécurité pour leurs ressortissants expatriés dans vingt pays, où écoles et locaux diplomatiques seront fermés vendredi de crainte de violences liées également à la diffusion sur internet d'une vidéo dénigrant l'islam, "L'innocence des musulmans".

"Ce n'est pas manifester dans les rues qui est la solution", a déclaré sur RFI le président du CFCM, Mohammed Moussaoui, soulignant des "risques de manipulation".

Dans un communiqué, l'instance invite les musulmans de France, "face à cet acte irresponsable", à "prendre de la hauteur et à l'affronter avec des moyens conformes aux valeurs qui les animent". Elle appelle les imams et les responsables de mosquées de France à relayer cette recommandation.

"Il n'y a pas de place en France pour s'attaquer à des édifices publics, nationaux ou de pays amis qui n'ont rien à voir avec la diffusion d'un film médiocre ou avec les caricatures d'un hebdomadaire qui librement a fait ce choix et qui devra aussi assumer ses responsabilités", a souligné pour sa part Manuel Valls.

"FOUTEZ-NOUS LA PAIX !"

Pour Mohammed Moussaoui, les musulmans français doivent "multiplier toutes les initiatives qui permettent de faire connaître le message du prophète de l'islam (...), de mettre fin à ces provocations".

Pour exprimer leur réprobation, "la voie de la justice est un voie possible", a ajouté le président du CFCM.

Ainsi a-t-il précisé que le Conseil français du culte musulman étudiait "la possibilité de porter plainte contre Charlie Hebdo" au niveau européen ou en Alsace-Moselle, pour "volonté délibérée d'offenser" les musulmans.

"Une décision cadre a été prise en ce sens au niveau européen le 28 novembre 2008 qui prévoit de punir l'incitation à la haine, y compris religieuse", a-t-il expliqué. Le droit de l'Alsace-Moselle stipule en outre que l'acte de blasphème est punissable.

L'Union des organisations islamiques de France (UOIF), jugée proche de l'idéologie des frères musulmans, majoritaire au sein du Conseil national du culte musulman, a déjà annoncé son intention d'engager une procédure, a priori pour "incitation à la haine raciale".

Une autre plainte, déposée en Seine-et-Marne par l'Association des musulmans de Meaux, devait être transmise au parquet de Paris. Le parquet étudie la recevabilité d'une plainte déposée mercredi à Paris par l'Association syrienne pour la liberté.

"Foutez-nous la paix !", a lancé le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, sur Europe 1, accusant Charlie Hebdo de "jeter de l'huile sur le feu".

"Les gens dans notre pays ont envie de vivre en paix. J'habite dans les banlieues. Les gens qui aujourd'hui comme Charlie Hebdo font des provocations, certainement n'habitent pas dans les banlieues", a-t-il estimé.

Pour Gilbert Collard, député du Front national, la démarche de Charlie Hebdo est inopportune.

"Je trouve que c'était pas le moment", a-t-il dit sur BFM TV et RMC Info. "Il y avait peut-être d'autres moments pour montrer qu'on est capables de brocarder. C'est une opération commerciale, très clairement".

Sophie Louet avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Patrick Vignal


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com