Angela Merkel tente d'apaiser les craintes relatives à Nord Stream 2

Angela Merkel tente d'apaiser les craintes relatives à Nord Stream 2
Angela Merkel tente d'apaiser les craintes relatives à Nord Stream 2
Crédit photo © Reuters

par Alicja Ptak et Madeline Chambers

VARSOVIE (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a tenté samedi d'apaiser les craintes concernant le gazoduc Nord Stream 2, lors d'une visite d'adieu en Pologne au cours de laquelle elle a aussi adopté un ton conciliant sur le conflit qui oppose Varsovie et l'Union européenne en matière de réformes judiciaires.

Alors que le mandat d'Angela Merkel touche à sa fin, la question du gazoduc en provenance de Russie a dégradé les relations avec les pays d'Europe centrale et orientale, dont certains membres de l'UE, selon lesquels le projet augmentera la dépendance de l'Europe vis-à-vis du gaz russe et pourrait être utilisé par Moscou comme moyen de pression.

La société russe Gazprom a annoncé vendredi avoir terminé la construction du gazoduc, situé dans la mer Baltique, qui pourrait lui permettre de contourner l'Ukraine et d'éviter ainsi une zone de transit représentant pour Kiev des milliards de dollars de revenus.

L'accord de transit de gaz de cinq ans entre la Russie et l'Ukraine expire après 2024. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que l'Ukraine devait faire preuve de bonne volonté si elle voulait continuer à jouer son rôle.

"J'ai clairement indiqué qu'il est dans nos préoccupations que l'Ukraine reste une terre de transit pour le gaz russe", a déclaré Angela Merkel lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Ce dernier a pour sa part déclaré que le fait de s'assurer que le gaz transite toujours par l'Ukraine malgré Nord Stream 2 réduirait les risques de "chantage" de la part de la Russie.

La Pologne - de même que la Hongrie - est par ailleurs de longue date en désaccord avec l'Union européenne sur des sujets tels que l'indépendance judiciaire, les libertés de la presse et les droits des LGBT, un différend qui s'est aggravé avec une action en justice de Bruxelles contre Varsovie et Budapest.

La Commission européenne a ainsi demandé à la plus haute juridiction de l'UE d'infliger une amende à la Pologne pour les activités d'une chambre disciplinaire pour magistrats instituée par Varsovie dans le cadre d'une réforme judiciaire.

"Sur l'état de droit, nous en avons parlé en profondeur. Nous préférons que cela soit résolu par des pourparlers", a déclaré samedi Angela Merkel, après avoir été critiquée pour ne pas avoir suffisamment lutté contre les reculs démocratiques dans l'Est de l'Union européenne pendant son mandat.

"Résoudre les problèmes avec des affaires judiciaires est bien sûr toujours une possibilité dans un pays où règne l'état de droit, mais la politique ne se limite pas à aller devant les tribunaux", a-t-elle ajouté, défendant ainsi l'idée d'une recherche de consensus.

(Version française Benjamin Mallet)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !