Allemagne : Olaf Scholz s'engage à respecter la règle des 2% de l'Otan

Allemagne : Olaf Scholz s'engage à respecter la règle des 2% de l'Otan

par Matthias Inverardi et Andreas Rinke

DUSSELDORF, 12 février (Reuters) - Le chancelier allemand, Olaf Scholz, a déclaré lundi que les entreprises de défense pouvaient compter sur son gouvernement pour augmenter les dépenses militaires et que l'Allemagne respecterait l'engagement pris dans le cadre de l'Otan de consacrer 2% de son produit intérieur brut (PIB) à la défense.

Donald Trump a suscité l'indignation des alliés de Washington en laissant entendre samedi que les Etats-Unis pourraient ne pas venir en aide aux membres de l'Otan qui ne dépensent pas suffisamment pour leur défense en cas d'attaque russe.

L'ancien président américain, qui brigue l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis, a régulièrement accusé ses alliés de l'Otan de ne pas investir suffisamment dans leur défense.

A lire aussi...Comptage

Selon Olaf Scholz, qui visitait le futur site d'une usine d'armement de Rheinmetall dans le centre du pays, l'Allemagne et l'industrie européenne de la défense doivent se tourner vers la production d'armes en masse car la guerre en Ukraine a montré que les fabricants européens avaient du mal à répondre à la demande.

"Nous devons passer de la fabrication à la production à grande échelle d'équipements de défense", a déclaré le chancelier.

"Les Etats-Unis, mais aussi tous les pays européens, doivent faire encore plus pour soutenir l'Ukraine. Les promesses faites jusqu'à présent ne suffisent pas. La puissance de l'Allemagne seule ne suffit pas."

Il a estimé que l'armée et l'industrie allemande de la défense pouvaient désormais se reposer sur son engagement d'atteindre l'objectif de 2% du PIB fixé par l'Otan.

"C'est une nécessité urgente. Car aussi dure que soit cette réalité, nous ne vivons pas en temps de paix."

Le chancelier a également suggéré que les Etats européens regroupent leurs commandes d'armes afin d'aider l'industrie à respecter ses engagements à long terme.

"Si je veux acheter une Golf Volkswagen dans deux ou trois ans, je le sais aujourd'hui : elle existera. Il se peut que je doive attendre trois ou six mois pour l'obtenir, mais la voiture sera alors dans mon garage", a-t-il expliqué.

"Mais ce n'est pas ainsi que fonctionne la production d'armes. Les chars, les obusiers, les hélicoptères et les systèmes antiaériens ne sont pas sur une étagère quelque part."

Rheinmetall, l'un des plus grands producteurs d'obus d'artillerie et de chars au monde, a commencé à augmenter sa production après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui a exacerbé le besoin de munitions et créé une pénurie.

L'usine, qui doit commencer à produire l'année prochaine, contribuera à la fabrication d'environ 200.000 obus d'artillerie par an. Elle prévoit d'investir 300 millions d'euros et de créer environ 500 nouveaux emplois. (Reportage Matthias Inverardi et Andreas Rinke, rédigé par Bartosz Dabrowski et Riham Alkousaa ; version française Kate Entringer)

Reuters

©2024 Thomson Reuters, all rights reserved. Reuters content is the intellectual property of Thomson Reuters or its third party content providers. Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters. Thomson Reuters shall not be liable for any errors or delays in content, or for any actions taken in reliance thereon. "Reuters" and the Reuters Logo are trademarks of Thomson Reuters and its affiliated companies.

Plus d'actualités Reuters

Chargement en cours...

Toute l'actualité