»
»
»
Consultation

Airbus présente une organisation "transnationale" aux syndicats

Airbus présente une organisation "transnationale" aux syndicats
Crédit photo © Reuters

par Tim Hepher et Nicolas Fichot

PARIS/TOULOUSE (Reuters) - Airbus a présenté mercredi une nouvelle organisation aux syndicats, destinée notamment à éliminer les rivalités nationales qui ont toujours existé au sein de l'avionneur européen.

"Afin de réaliser l'intégration totale des fonctions d'Airbus, des organisations transnationales sont mises en place pour les fonctions "opérations", "programmes" et "procurement", a précisé le constructeur dans un communiqué.

"Ceci est totalement nouveau au sein d'Airbus", a dit Louis Gallois, président d'Airbus, à des journalistes.

"Je ne veux plus voir de drapeaux dans l'entreprise. Il ne s'agira plus de l'Allemagne mais de Brême ou de Hambourg, pas de la France mais de Saint-Nazaire ou de Nantes. Nous devons créer un esprit Airbus qui transcende l'esprit national", a-t-il ajouté.

A l'issue d'un comité central d'entreprise extraordinaire qui s'est déroulé dans la journée à Toulouse afin de présenter les modalités d'application du plan d'économies "Power 8", les syndicats d'Airbus France se sont montrés plutôt réservés.

C'est pour protester contre ce plan, qui prévoit la suppression de 10.000 emplois en Europe et la vente totale ou partielle de six sites industriels, que des salariés d'Airbus en Allemagne se sont mis en grève.

Le plan Power 8 a été lancé dans la foulée des retards de deux ans affectant la livraison du très gros porteur A380, retards notamment liés au fait que les usines françaises et allemandes n'ont pas utilisé le même type de logiciels.

En plus des "organisations transnationales", Airbus confirme que Gerald Weber, patron des "opérations", supervisera quatre "centres d'excellence" : "fuselage & cabin", "wing & pylon", "aft fuselage & empennage" et "aerostructures".

"Ces centres d'excellence sont désormais entièrement transnationaux et organisés autour des éléments avions complets plutôt que sur une base nationale", a souligné Airbus.

VISITE COMMUNE DE MERKEL ET DE SARKOZY

De son côté, Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il se rendra avec Angela Merkel à la mi-juillet sur le site des usines Airbus de Toulouse.

"Je suis très heureux de constater que nous sommes sur la même longueur d'ondes", a déclaré le président français à l'issue d'un entretien d'une demi-heure avec la chancelière allemande, en marge du sommet du G8. Il a mis notamment en exergue la convergence de vues sur les sujets bilatéraux.

"Elle m'a confirmé qu'elle viendrait avec moi à Toulouse dans les usines Airbus. C'est très important, je pense, pour tous les salariés d'Airbus", a-t-il ajouté.

Avant l'annonce officielle du plan Power 8, la France et l'Allemagne n'ont cessé de se disputer concernant l'impact en matière d'emploi sur leurs territoires respectifs ou encore l'implantation des sites d'assemblage des futurs appareils.

Dans le cadre du plan "Power 8", ce sont les sites français de Méaulte et de Saint-Nazaire qui sont concernés par une vente totale ou partielle. De source syndicale, on a confirmé que Latécoère, le britannique GKN, l'américain Spirit et Segula ont fait acte de candidature.

Pour les trois sites d'Allemagne, Spirit, MT Aerospace, Stork, Edag, Zodiac, REC-Aero et Class Voight sont sur les rangs. Pour le site britannique de Filton, il y a GKN, Spirit, Stork et Saab.

"La direction nous a présenté des mesures sociales très précises, que nous connaissions déjà en partie, assorties de délais de mise en place ainsi que des délais concernant la cession de ces sites, baptisée "projet Zéphir" par la direction. Sur l'ensemble, nous restons extrêmement réservés" a dit à Reuters Gilbert Plo, délégué central CFTC.

"En ce qui concerne Airbus Central Entity, c'est à dire le siège social d'Airbus à Toulouse, les suppressions d'emplois concernent 964 postes. Pour Airbus France, ce chiffre est de 3.161 dont 2.168 suppressions de postes à Toulouse, plus 137 sur le site de Toulouse Saint-Eloi, au centre ville. 295 suppressions à Nantes, 369 à Saint-Nazaire et 192 à Méaulte", a-t-il rappelé.


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com