»
»
»
Consultation

Airbus: Moins de tensions avec Pratt sur les retards de moteurs

Airbus: Moins de tensions avec Pratt sur les retards de moteurs

Crédit photo © Reuters

par Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Les tensions s'apaisent entre Airbus et Pratt & Whitney sur la question des retards de moteurs qui ont contraint l'avionneur européen à suspendre des livraisons d'appareils depuis un an, ce qui suggère que l'objectif de livraisons d'A320neo pourrait être plus facile à atteindre.

Ces tensions ont été exacerbées en juillet lorsque le président exécutif d'Airbus Tom Enders a demandé à United Technologies de "travailler plus dur" pour résoudre les ennuis rencontrés avec les moteurs de l'A320neo.

Plus d'une vingtaine d'avions sans moteurs se sont retrouvés bloqués sur le site d'Airbus à Toulouse, une situation qui a aussi concerné l'usine de Hambourg.

"Le niveau de confiance s'améliore", a déclaré une personne proche d'Airbus.

Le groupe s'est refusé à tout commentaire avant la publication de ses résultats trimestriels le 31 octobre.

La turbosoufflante à engrenages ('Geared Turbofan') de Pratt & Whitney est l'un des deux types de turboréacteurs proposés sur l'A320neo. Le motoriste américain a réglé les problèmes liés aux pales de ventilateurs et à une fuite d'huile, et a fait état de progrès en ce qui concerne un troisième souci lié à la chambre de combustion, selon des sources industrielles.

Il y a aussi des problèmes logistiques pour acheminer des pièces détachées.

Fabrice Brégier, président de la division des avions commerciaux d'Airbus, a estimé la semaine dernière que Pratt & Whitney serait en mesure de commencer à livrer les moteurs améliorés pour l'A320neo d'ici la fin de l'année après ces problèmes techniques mais que l'objectif de livrer environ 200 A320neo cette année serait "difficile" à atteindre en raison des retards occasionnés.

Selon des sources industrielles, le gros problème auquel Airbus est confronté est l'incertitude qui persiste sur le nombre de moteurs de rechange qui doivent être mis en réserve pour assurer des besoins de maintenance plus importants que prévu.

Pratt & Whitney a réaffirmé à plusieurs reprises son objectif de fabriquer 350 à 400 moteurs cette année. Mais sur ce total, davantage de moteurs que prévu ont été destinés à des appareils déjà en service au lieu d'avions neufs afin de remplacer des moteurs retirés des avions pour des vérifications. Le problème a été particulièrement grave en Inde.

Les compagnies aériennes peuvent aussi choisir des moteurs fabriqués par CFM International, coentreprise entre General Electric et Safran.

Airbus peut modifier la proportion de chaque type de moteurs sur sa ligne de production d'avions mais a besoin d'une visibilité de quatre mois pour prévoir quel moteur ira sur quel appareil.

Tom Enders a déclaré à Reuters la semaine dernière qu'Airbus restait proche de Pratt & Whitney. "Je pense que nous savons exactement où nous en sommes dans le processus d'amélioration (...) et je pense que nous verrons des améliorations apportées très bientôt", a-t-il dit.

(Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2017 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com