»
»
»
Consultation

Air France-KLM optimiste pour le 4e trimestre malgré la facture pétrolière

Air France-KLM optimiste pour le 4e trimestre malgré la facture pétrolière
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Air France-KLM, dont le nouveau directeur général exécutif Benjamin Smith a pris les rênes mi-septembre, s'est montré optimiste mercredi pour ses performances commerciales du quatrième trimestre après des résultats supérieurs aux attentes au troisième.

Au lendemain de résultats jugés décevants de Lufthansa, le groupe franco-néerlandais fait état dans un communiqué d'un bénéfice d'exploitation en très légère baisse à 1,065 milliard d'euros, au-dessus des 952 millions anticipés en moyenne par les analystes interrogés pour Reuters par Inquiry Financial.

Comme IAG, maison-mère de British Airways et Iberia, Air France-KLM profite de la demande pour contrer la hausse de sa facture pétrolière qui pourrait passer de 4,5 milliards d'euros en 2017 à cinq milliards en 2018 puis, aux cours à terme actuels, à 5,9 milliards en 2019.

Le groupe, qui a vu sa recette unitaire augmenter de 2,0% à change constant au troisième trimestre, anticipe une hausse de ses coefficients d'occupations prévisionnels sur ses vols long courrier jusqu'en février 2019 inclus en rythme annuel, a précisé son directeur financier Frédéric Gagey.

Le groupe réaffirme son objectif de coût unitaire compris cette année entre 0% et +1,0% à change, prix du carburant et charges de retraite constants, tout en ne prévoyant plus qu'une croissance de 2,0% à 2,5% de ses capacités (contre +2,5% à +3,5% auparavant) en raison de la hausse du prix du carburant et des incertitudes géopolitiques.

L'accord signé le 19 octobre avec la majorité des syndicats d'Air France ne renchérira ses coûts salariaux que de 51 millions d'euros en 2018, a-t-il précisé.

La compagnie française, qui a ainsi soldé une crise sociale marquée par des grèves qui lui a coûté 335 millions d'euros, a consenti une hausse de 2% des salaires pour 2018 et autant au 1er janvier 2019, avec de nouvelles négociations prévues en octobre 2019.

Air France entamera en outre des négociations spécifiques avec ses personnels navigants début novembre.

Frédéric Gagey n'a pas souhaité préciser si ces discussions comprendraient une possible augmentation de la flotte de sa low cost Transavia qui ne totalisait au 30 septembre que 75 avions et qui a dégagé en France une marge d'exploitation de 30% au troisième trimestre.

"Compte tenu des marges de Transavia, il serait normal d'avoir envie de continuer un peu à poursuivre le développement de cette activité et il serait probablement dommage de se priver de la possibilité de répondre à des demandes fortes de certains passagers", a-t-il seulement observé.

(Cyril Altmeyer, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com