Afghanistan : Les taliban annoncent contrôler le Panchir, l'opposition déclare que la résistance continuera

Afghanistan : Les taliban annoncent contrôler le Panchir, l'opposition déclare que la résistance continuera
Afghanistan : Les taliban annoncent contrôler le Panchir, l'opposition déclare que la résistance continuera
Crédit photo © Reuters

(Reuters) - Les taliban ont revendiqué lundi la victoire dans le Panchir, annonçant que la prise de cette région, la dernière leur résistant encore, achève leur prise de contrôle de l'Afghanistan et qu'ils dévoileront bientôt leur gouvernement.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des taliban se tenant devant les portes du siège du gouverneur de la province du Panchir, après avoir combattu des jours durant contre le Front national de la résistance afghane (FNRA) emmené par Ahmad Massoud.

"Le Panchir, qui était la dernière cachette de l'ennemi enfui, a été pris", a déclaré lors d'une conférence de presse l'un des porte-parole de la milice islamiste, Zabihoullah Moujahid.

Ahmad Massoud a refusé de reconnaître sa défaite. "Nous sommes au Panchir et notre résistance va continuer", a-t-il déclaré sur Twitter.

La vallée du Panchir, zone entourée de montagnes avait échappé à l'occupation soviétique avant de résister au précédent gouvernement taliban.

Les taliban ont assuré qu'il n'y aurait aucun "acte de discrimination" envers les habitants de la vallée - dont une grande partie appartient à l'ethnie tadjike alors que l'ethnie pachtoune est très nettement majoritaire dans le reste du pays.

"Ils sont nos frères et nous oeuvrerons ensemble dans l'objectif commun du bien-être du pays", a déclaré Zabihoullah Moujahid.

DES RIDEAUX DANS LES SALLES DE CLASSE

Les taliban ont assuré aux Afghans et aux pays étrangers qu'ils n'imposeraient pas à nouveau les règles ultra-rigoristes en vigueur lorsqu'ils étaient au pouvoir entre 1996 et 2001.

Trois semaines après la prise de Kaboul, les taliban n'ont toutefois pas encore annoncé de nouveau gouvernement ni donné de détails quant au restrictions sociales qu'ils prévoient d'imposer.

Alors qu'on lui demandait si les Etats-Unis reconnaîtraient le gouvernement taliban, le président américain Joe Biden a déclaré que "(c'était) loin d'être le cas".

Les enseignants et les étudiants des universités des grandes villes d'Afghanistan ont déclaré à Reuters que les étudiantes étaient désormais séparées du reste de la classe par des rideaux, qu'on leur enseignait séparément ou qu'elles ne pouvaient accéder qu'à certaines parties du campus.

Une étudiante a déclaré qu'avant la prise de pouvoir des taliban, les femmes et les hommes ne devaient pas s'asseoir côte à côte mais que les classes ne comportaient aucune séparation physique.

"Mettre des rideaux est inacceptable", a déclaré Anjila, une étudiante de 21 ans de l'université de Kaboul. "Je me suis sentie mal quand je suis entrée dans la salle de classe. Nous revenons 20 ans en arrière."

AIDE HUMANITAIRE

En Afghanistan, des centaines de structures médicales risquent de fermer, les donateurs occidentaux ne pouvant traiter avec les taliban, a dit un représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'OMS tente de compenser cette interdiction en fournissant des médicaments et des équipements médicaux et en finançant 500 centres de soins. Elle est aussi en contact avec le Qatar concernant les livraisons de fournitures médicales, a dit à Reuters Rick Brennan, directeur régional du département de gestion des situations d'urgence à l'OMS.

La directrice générale de l'UNICEF, l'agence des Nations unies pour l'enfance, Henrietta Fore, a indiqué que l'agence avait recensé 300 enfants, séparés de leurs familles lors des évacuations chaotiques du mois d'août.

"Certains de ces enfants ont été évacués vers l'Allemagne, le Qatar ou d'autres pays. Nous nous attendons à ce que ce nombre augmente avec les efforts d'identifications en cours", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

En Afghanistan, les sécheresses et la guerre ont forcé près de 5,5 millions de personnes à fuir leurs maisons, dont plus de 550.000 personnes en 2021, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

Les puissances occidentales ont déclaré être prêtes à envoyer de l'aide humanitaire en Afghanistan, mais qu'une aide économique dépendrait de la composition du nouveau gouvernement.

Lundi, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, et le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, se sont entretenus avec l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al Thani, sur la situation en Afghanistan.

(Reportage rédactions de Reuters, rédigé par James Oliphant et Stephen Coates; version française Camille Raynaud)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !