Affaire Peng Shuai : La WTA menace de retirer ses tournois de Chine

Affaire Peng Shuai : La WTA menace de retirer ses tournois de Chine
Affaire Peng Shuai : La WTA menace de retirer ses tournois de Chine
Crédit photo © Reuters

par Toby Munroe

PEKIN (Reuters) - La WTA, l'association chargée des compétitions du tennis féminin mondial, a menacé vendredi de suspendre ses tournois en Chine en signe de protestation contre le sort réservé à la championne de tennis chinoise Peng Shuai, qui a disparu après avoir accusé un haut responsable chinois d'agression sexuelle.

Le directeur général de la WTA, Steve Simon, a déclaré jeudi à plusieurs médias américains qu'il était prêt à annuler la dizaine de tournois organisés chaque année en Chine, notamment les Masters de Shenzhen, quelles que soient les pertes financières.

"Nous sommes tout à fait disposés à nous retirer et à faire face à toutes les complications qui en découlent", a-t-il déclaré à CNN dans une interview, ajoutant que "les femmes doivent être respectées et non censurées".

Vendredi, Hu Xijin, le rédacteur en chef du média d'Etat chinois Global Times, a répondu à Steve Simon sur Twitter par ce message : "N'utilisez pas un ton coercitif lorsque vous exprimez une quelconque préoccupation auprès de la Chine."

La WTA, qui a demandé à ce qu'une enquête soit ouverte afin de déterminer la localisation de la joueuse, n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Début novembre, l'ancienne numéro un mondiale en double a déclaré sur les médias sociaux chinois que l'ancien vice-premier ministre Zhang Gaoli l'avait contrainte à avoir des relations sexuelles avec lui.

Ni Zhang Gaoli ni le gouvernement chinois n'ont commenté les allégations, le message de la joueuse de tennis a été rapidement supprimé et l'affaire bloquée sur l'internet chinois.

Depuis, Peng Shuai n'a pas été vue ou entendue, à l'exception d'un courriel publié mercredi par les médias d'État, prétendument de sa main et dans lequel elle nie les allégations. Beaucoup doutent de la véracité du message.

La communauté internationale s'est considérablement mobilisée, certains des meilleurs joueurs du monde twittant #WhereIsPengShuai ("Où est Peng Shuai").

Vendredi, le hashtag avait été mentionné plus de 32 millions de fois sur Instagram et sur Twitter, tous deux interdits en Chine.

Sur Weibo, plate-forme chinoise comparable à l'américain Twitter, une recherche avec le site officiel de la WTA ou le mot Peng ne produisait vendredi aucun résultat.

L'affaire prend également un tour politique.

A Washington, la Maison blanche s'est déclarée "profondément préoccupée" par cette disparition et s'est jointe aux appels réclamant des informations sur son sort à l'aide d'une preuve "indépendante et vérifiable".

La France, par la voix du ministère des Affaires étrangères, a exhorté vendredi les autorités chinoises "à mettre en oeuvre leurs engagements en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, notamment au titre de la loi nationale contre les violences domestiques entrée en vigueur en 2016."

(Reportage Tony Munroe à Pékin et Nick Mulvenney à Sydney; version française Lucinda Langlands-Perry, édité par Sophie Louet)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !