»
»
»
Consultation

Activité manufacturière au plus bas depuis août 2016 en zone euro

Activité manufacturière au plus bas depuis août 2016 en zone euro
Crédit photo © Reuters

PARIS/LONDRES - - La croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro en novembre a touché en novembre un creux de plus de deux ans avec la contraction des nouvelles commandes pour le deuxième mois consécutif.

Les résultats définitifs de l'enquête IHS Markit auprès des directeurs d'achat (PMI) apportent ainsi une nouvelle preuve du ralentissement de l'économie dans l'union monétaire et pourrait compliquer la tâche de la Banque centrale européenne au moment où elle s'oriente vers le resserrement de sa politique monétaire.

L'indice PMI manufacturier définitif pour le mois de novembre s'affiche à 51,8 après 52,0 en octobre. Il baisse pour le troisième mois de suite et tombe au plus bas depuis août 2016 mais dépasse légèrement une première estimation à 51,5 et se maintient au-dessus de la barre de 50 qui sépare la contraction de la croissance.

"Les PMI de novembre soulignent à quel point les conditions sont devenues plus difficiles pour le secteur manufacturier et indiquent que la production pourrait peser sur la croissance économique de la zone euro au quatrième trimestre", commente Chris Williamson, économiste d'IHS Markit.

ALLEMAGNE-L'ACTIVITÉ A RALENTI DANS LE SECTEUR MANUFACTURIER

BERLIN - L'activité dans le secteur manufacturier allemand a connu en septembre sa croissance la plus faible depuis plus de deux ans et demi, avec une contraction des entrées de commandes qui a été la plus forte depuis quatre ans, selon la version définitive de l'indice IHS Markit publiée lundi.

L'indice PMI du secteur manufacturier, qui représente environ un cinquième de la première économie européenne, a reculé à 51,8 contre 52,2 en octobre, légèrement supérieur à une première estimation de 51,6 communiquée le 23 novembre.

Il accuse sa 10e baisse de l'année, tout en se maintenant au-dessus du seuil de 50 à partir duquel il rend compte d'une croissance de l'activité.

L'économie allemande s'est contractée de 0,2% du troisième trimestre en raison de l'adaptation de l'industrie automobile aux nouvelles normes de certification WLTP, aux frictions commerciales dans le monde et au ralentissement de la demande dans la zone euro.

"Avec les difficultés persistantes dans l'industrie automobile et les incertitudes géopolitiques qui affectent la demande, les industriels ont signalé une accentuation de la baisse des nouvelles commandes et des ventes à l'export en particulier", commente Phil Smith, économiste chez IHS Markit.

"Les niveaux de production sont maintenant au bord de la contraction. Alors que les carnets de commandes diminuent à un rythme accéléré, les industriels auront besoin de nouveaux contrats pour maintenir une croissance."

FRANCE-LE RALENTISSEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER S'ACCENTUE

PARIS - L'activité dans le secteur manufacturier a encore ralenti en France en novembre, avec une stagnation de la production et des nouvelles commandes en baisse pour la première fois depuis plus de deux ans, selon la version définitive de l'indice IHS Markit publiée lundi.

L'indice PMI du secteur manufacturier s'est établi à 50,8 le mois dernier, en recul à la fois par rapport à son niveau d'octobre (51,2) et par rapport à la première estimation "flash" (50,7) publiée le 23 novembre.

S'il s'est maintenu en novembre au-dessus du seuil de 50 qui distingue croissance et contraction de l'activité, il a touché son niveau le plus bas depuis septembre 2016, dernier mois durant lequel il s'était retrouvé en zone de contraction.

Après s'être repliée en octobre, la production a stagné le mois dernier, tandis que le volume global des nouvelles commandes a reculé pour la première fois depuis septembre 2016, après deux mois de ralentissement marqué.

Dans ce contexte de ralentissement de la demande, les fabricants français ont réduit leurs effectifs en novembre et l'emploi dans le secteur manufacturier a reculé pour la première fois depuis octobre 2016.

Les entreprises interrogées signalent par ailleurs que sous l'effet de la hausse du coût des matières premières, leurs prix d'achat ont accéléré pour le deuxième mois consécutif, progressant à leur rythme le plus élevé depuis février dernier.

Développé

* LES INDUSTRIELS BRITANNIQUES STOCKENT AVANT LE BREXIT

LONDRES - L'approche du Brexit a incité les industriels britanniques à stocker des pièces et composants pour prévenir d'éventuelles retards tandis que les exportations ont flanché pour le deuxième mois consécutif, une rareté au Royaume-Uni.

L'indice IHS Markit/CIPS des directeurs d'achat (PMI) est remonté à 53,1 contre 51,1 en octobre, qui marquait un plus bas depuis le référendum sur la sortie de l'Union européenne.

Bien que sensiblement supérieur au consensus (51,5), il reste l'un des plus faibles depuis le vote de juin 2016.

La hausse des stocks, ainsi que des lancements de nouveaux produits, ont permis aux entrées de commandes de progresser après une contraction inhabituelle en octobre. Mais les nouvelles commandes à l'export ont baissé pour le deuxième mois consécutif, une première depuis le début 2016, et le sentiment des industriels a reculé à un plus bas de 27 mois, témoignant de la nervosité des chefs d'entreprise avant le Brexit qui sera effectif le 29 mars 2019.

Selon Rob Dobson, directeur d'IHS Markit, l'enquête PMI pointe vers une baisse de la production manufacturière britannique au quatrième trimestre 2018 que seul pourrait empêcher un rebond au mois de décembre.

* 2E MOIS DE CONTRACTION DU SECTEUR MANUFACTURIER ITALIEN

ROME - L'activité du secteur manufacturier s'est contractée en novembre en Italie pour le deuxième mois d'affilée, témoignant d'une faiblesse persistante de la troisième économie de la zone euro, montre l'enquête mensuelle d'IHS Markit.

L'indice PMI manufacturier a reculé à 48,6 contre 49,2 en octobre, restant sous la barre de 50 qui marque la séparation entre contraction et expansion. Il s'agit en outre de sa 10e baisse au cours de l'année écoulée.

Huit économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un recul un peu moins marqué, à 48,9.

Le PMI manufacturier italien de novembre est le plus bas depuis décembre 2014, quand il était à 48,4.

Le sous-indice des entrées de commandes s'est légèrement redressé à 46,6 contre 46,2 en octobre, tout en restant pour le quatrième mois consécutif sous la barre des 50.

* EN ESPAGNE, PLUS FORTE CROISSANCE DEPUIS AOÛT

MADRID - Le secteur manufacturier espagnol a enregistré en novembre sa plus forte croissance depuis le mois d'août mais la confiance des industriels est tombée à son plus bas niveau depuis 2013, sur fond de ralentissement de l'industrie automobile et de tensions commerciales mondiales, montre l'enquête mensuelle d'IHS Markit.

L'indice PMI manufacturier a progressé à 52,6 contre 51,8 en octobre, se maintenant depuis novembre 2013 au-dessus du seuil de 50 à partir duquel il rend compte d'une croissance.

"L'amélioration en novembre suggère que le secteur finira l'année sur une base un peu plus solide que ce qui était envisagé en octobre", indique Paul Smith, économiste chez IHS Markit. "Mais un examen plus attentif révèle quelques éléments inquiétants. Les fabricants de biens d'équipement ont vu baisser leur production et leurs entrées de commandes en raison notamment du ralentissement de la production automobile."

* LE PMI NÉERLANDAIS AU PLUS BAS DEPUIS DEUX ANS

AMSTERDAM - Le secteur manufacturier néerlandais a connu en novembre sa plus faible croissance depuis deux ans, avec un indice Nevi/IHS en recul à 57,0 contre 58,1 en octobre.

"La production comme l'emploi ont augmenté à un rythme ralenti, la croissance de la production étant la plus faible depuis septembre 2016", a relevé IHS Markit, qui réalise l'enquête mensuelle auprès des directeurs d'achat.

L'économie néerlandaise continue néanmoins de surperformer la moyenne de la zone euro et le sous-indice de la "production future", qui mesure les anticipations des industriels, a rebondi en octobre.

* IRLANDE-LA CROISSANCE MANUFACTURIÈRE ACCÉLÈRE EN NOVEMBRE

DUBLIN - Les conditions d'activité du secteur manufacturier irlandais se sont améliorées en novembre avec une hausse des entrées de commandes et de la production, montre l'enquête mensuelle d'IHS Markit auprès des directeurs d'achat.

L'indice PMI du secteur a progressé à 55,4 contre 54,9 en octobre et le sous-indice des nouvelles commandes a atteint 57,3 contre 55,5.

Le PMI manufacturier est supérieur à la barre de 50 depuis près de cinq ans et demi, reflétant la vigueur de la croissance irlandaise qui devrait rester en 2018 la plus élevée de l'Union européenne pour la cinquième année d'affilée.

"Les industriels irlandais ont fait état d'une nette amélioration des conditions d'activité en novembre, avec en toile de fond des hausses solides de la production et des entrées de commandes (...) qui en sont à leur 28e mois consécutif de progression", observe Amritpal Virdee, économiste chez IHS Markit.

* LE PMI MANUFACTURIER GREC À UN PLUS HAUT DE 6 MOIS

ATHENES - L'activité manufacturière a continué de progresser en Grèce en novembre avec une accélération de la hausse de la production et des entrées de commandes, selon l'enquête mensuelle d'IHS Markit.

L'indice PMI du secteur manufacturier, qui représente environ 10% de l'économie grecque, a atteint 54,0 le mois dernier, au plus haut depuis mai, contre 53,1 en octobre.

"A rebours de la tendance observée dans le reste de la zone euro, les producteurs de biens (grecs) ont enregistré une hausse plus forte de leur production et de leurs nouvelles commandes", commente Sian Jones, économiste chez IHS Markit.

La production a connu son plus fort rythme de croissance depuis huit mois à la faveur d'une hausse de la demande intérieure, liée surtout au tourisme. Les nouvelles commandes en provenance de l'étranger ont en revanche augmenté à un rythme ralenti, reflétant le ralentissement mondial de la demande à l'export.

Les embauches ont progressé à leur rythme le plus élevé en trois mois, et l'un des plus élevés depuis le début de l'enquête en 1999, tandis que la vigueur de la demande a permis aux entreprises de répercuter sur leurs clients une partie de l'augmentation de leurs coûts.

(Avec les bureaux européens de Reuters et Myriam Rivet à Paris, Véronique Tison et Patrick Vignal pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com