»
»
»
Consultation

Accord au G20 sur une réforme de l'OMC

Accord au G20 sur une réforme de l'OMC
Crédit photo © Reuters

BUENOS AIRES (Reuters) - Les membres du G20 se sont mis d'accord pour engager une réforme de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et cette volonté est exprimée dans le communiqué final qui sera publié à l'issue du sommet, a-t-on appris samedi de sources européennes.

Comme attendu, le sujet des échanges commerciaux s'est révélé des plus compliqués à aborder et les concepts de "protectionnisme", de "multilatéralisme" et de "pratiques commerciales inéquitables" ont été soigneusement mis de côté, témoignant de la persistance des tensions alimentées par le conflit commercial qui oppose Pékin à Washington.

La formulation de l'appel à la réforme de l'OMC et celle du constat selon lequel les règles en vigueur ne fonctionnent plus sont au centre des négociations qui se poursuivent à Buenos Aires, a dit un des responsable européen.

"Nous réaffirmons que le commerce est bénéfiques aux services, à l'innovation, à la croissance et à l'emploi et nous réaffirmons que le système commercial multilatéral est le cadre à l'intérieur duquel nous travaillons et en faveur duquel nous nous engageons", a-t-il dit.

"Mais pour que les Etats-Unis l'admettent, ils doivent obtenir quelque chose en contrepartie et cette contrepartie, c'est le fait de dire que ce système commercial multilatéral ne fonctionne plus et qu'il n'atteint pas les objectifs qu'il est censé atteindre", a-t-il ajouté.

Selon, Anton Silouanov, le ministre russe des Finances, le projet de réforme de l'OMC a fait l'objet d'un large consensus, ce qu'a confirmé, la chancelière Angela Merkel qui a évoqué un accord "important".

La question des échanges commerciaux est devenue l'une des plus clivantes sur le front diplomatique depuis que Donald Trump a été élu, l'ancien homme d'affaires ayant promis de réexaminer l'ensemble des accords liant les Etats-Unis à leurs partenaires commerciaux afin de réduire le déficit extérieur américain.

C'est à cette fin qu'il a décider d'imposer des taxes sur 250 milliards de dollars de produits importés de Chine, afin de forcer Pékin à faire des concessions dans les relations commerciales sino-américaines. La Chine a riposté en taxant des produits américain.

Sur la question des migrations, c'est l'option du strict minimum qui a été retenue. "C'est une déception et nous n'allons pas le cacher. Mais, au moins, nous avons quelque chose", a dit le responsable.

(Caroline Stauffer et Scott Squires, Nicolas Delame pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com