»
»
»
Consultation

8 personnes aux Assises pour tentative d'attentat à Paris

8 personnes aux Assises pour tentative d'attentat à Paris
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Deux juges d'instruction ont ordonné le 5 septembre le renvoi devant une cour d'assises de huit personnes dont six femmes, impliquées en 2016 dans une tentative d'attentat aux bonbonnes de gaz à Paris, dans le quartier touristique de Notre-Dame, a-t-on appris lundi de sources proches du dossier.

Cinq femmes, en détention provisoire, seront jugées pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et tentative d'assassinat en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste, précise-t-on de mêmes sources.

Certaines sont aussi poursuivies pour tentative et complicité de tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste pour des faits commis lors de leur arrestation, le 8 septembre 2016.

L'homme soupçonné de les avoir inspirées depuis la zone syro-irakienne, Rachid Kassim, visé par un mandat d'arrêt, sera pour sa part jugé pour association de malfaiteurs criminelle et complicité de tentative d'assassinat en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste.

La presse s'est fait écho d'informations sur la mort de Rachid Kassim dans un bombardement en Irak mais celle-ci n'a jamais été officiellement confirmée par la France.

Enfin, un homme et une femme sous contrôle judiciaire, soupçonnés d'avoir eu connaissance de ce projet, comparaîtront pour non dénonciation de crimes terroristes, ajoute-t-on de mêmes sources.

Une Peugeot 607, dont les plaques d'immatriculation avaient été enlevées, stationnée Quai de Montebello (Ve arrondissement), avait été signalée par des riverains dans la nuit du samedi 4 au dimanche 5 septembre 2016.

La voiture contenait six bonbonnes de gaz pleines mais sans détonateur et une bonbonne vide. Son propriétaire était fiché "S" pour radicalisation et sa fille, alors âgée de 19 ans, Ines M., connue pour des velléités de départ en Syrie.

Ines M. est l'une des cinq femmes du commando présumé renvoyées aux assises. Lors de leur arrestation, Ines M. et une autre de ces femmes, Sarah H., avaient attaqué des policiers avec des couteaux. Le fiancé présumé de Sarah H., Mohamed A., est l'homme accusé de non dénonciation de crime terroriste.

L'une des principales prévenues, Ornella G., 29 ans à l'époque des faits, est une mère de trois enfants, convertie à l'islam. Selon des sources proches de l'enquête, elle et Ines M. ont été en contact par internet avec Rachid Kassim, soupçonné déjà à l'époque d'être l'inspirateur de plusieurs attentats ou tentatives d'attentats djihadistes en France.

(Emmanuel Jarry, édité par Simon Carraud)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com