»
»
Consultation

Trump dézingue Powell et... veut se passer de la Chine

Trump dézingue Powell et... veut se passer de la Chine

Le président américain repousse encore les limites sur Twitter

Trump dézingue Powell et... veut se passer de la Chine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La réaction de Donald Trump à l'intervention de Jerome Powell a été plutôt franche et immédiate ce vendredi. "Comme d'habitude, la Fed n'a RIEN fait! Il est incroyable qu'ils puissent 'parler' sans savoir ou demander ce que je fais, ce qui sera annoncé rapidement. Nous avons un dollar très fort et une Fed très faible. Je travaillerai 'brillamment' avec les deux, et les États-Unis s'en porteront très bien. Ma seule question est, qui est notre plus grand ennemi, Jay Powell (ndlr : submergé par l'émotion, Trump avait retiré un 'l' à Powell avant de corriger son tweet !) ou le Président Xi?"

Jerome Powell, le patron de la Banque centrale américaine, s'est pourtant montré rassurant ce vendredi, à l'occasion de son intervention tant attendue dans le cadre du symposium de Jackson Hole. Le leader de la Fed a assuré que la Banque se tenait prête à fournir éventuellement plus de stimulus à l'économie américaine, dans l'hypothèse où surviendrait un ralentissement global, aggravé durant les semaines récentes par les tensions géopolitiques et les incertitudes commerciales.

Powell affirme que la Fed agira comme il se doit afin de soutenir l'expansion économique. La Banque étudie ainsi précautionneusement les nouveaux développements. Le ralentissement de la croissance mondiale, les incertitudes liées aux affrontements commerciaux et le bas niveau d'inflation pèsent sur les perspectives. Le patron de la Réserve Fédérale manie donc prudemment la nuance, évitant de faire clairement entendre qu'un cycle de baisse des taux pourrait suivre, mais réaffirmant tout de même son soutien face aux risques accrus et aux incertitudes économiques et géopolitiques.

Powell, qui constate que l'inflation se rapproche de son objectif, relève les turbulences économiques sans toutefois donner d'indices clairs sur la stratégie à moyen terme de la Fed. La Banque agira "de manière appropriée", selon les termes de son président, qui admet la détérioration globale de la croissance mais estime que les États-Unis demeurent dans une position favorable, malgré des risques "significatifs".

Selon l'outil FedWatch du CME Group, il est désormais assuré que la Fed procède à une nouvelle baisse des taux, qui devrait être d'un quart de point (99,6% de 'proba'). La Banque réduirait alors la fourchette à 1,75-2% le 18 septembre à l'issue de sa réunion. Avant les dernières nouvelles de Chine, l'outil FedWatch donnait ce jour une probabilité de 11% à un statu quo. Cette hypothèse est maintenant exclue, alors que celle d'une baisse d'un demi-point fait son apparition (0,4% de chances...).

Donald Trump avait mis un dernier coup de pression sur la Fed il y a quelques instants sur Twitter, juste avant l'intervention de Powell à Jackson Hole. "Maintenant la Fed peut montrer son matos!", avait fort poétiquement lancé le président américain, alors même que Pékin venait de dévoiler de nouvelles représailles commerciales contre Washington portant sur 75 milliards de dollars de marchandises.

Comme si cela ne suffisait pas, Trump vient d'ajouter à ses prouesses une belle série de tweets concernant la Chine. "Notre Pays a perdu, stupidement, des Billions de Dollars avec la Chine durant de nombreuses années. Ils ont volé notre Propriété Intellectuelle à un rythme de Centaines de Milliards de Dollars par an, & ils veulent continuer. Je ne laisserai pas cela se produire! Nous n'avons pas besoin de la Chine et, franchement, nous serions bien mieux sans elle. Les vastes sommes d'argent accumulées et volées par la Chine aux États-Unis, année après année, durant des décennies, vont et doivent CESSER. Nous ordonnons ainsi à nos grandes entreprises américaines de commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, notamment en ramenant leurs compagnies à la MAISON et en fabriquant leurs produits aux USA. Je vais répondre aux Tarifs chinois cet après-midi. C'est une GRANDE opportunité pour les Etats-Unis. Ainsi, je demande à tous les transporteurs, y compris FedEx, Amazon, UPS et le Post Office, de CHERCHER & REFUSER toutes les livraisons de Fentanyl provenant de Chine (ou d'où que ce soit!). Le Fentanyl tue 100.000 Américains par an. Le Président Xi a dit que cela allait s'arrêter - cela n'a pas été le cas. Notre économie, à cause de nos gains des 2 dernières années 1/2, est BIEN PLUS importante que celle de Chine. Nous allons continuer comme ça!", a éructé Trump sur Twitter.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com