»
»
Consultation

Taux : la Fed souffle le chaud et le froid

Taux : la Fed souffle le chaud et le froid

La Fed prévoit désormais 4 hausses de taux cette année, mais elle ne s'inquiète pas d'un dérapage de l'inflation, et conservera un rythme graduel pour normaliser ses taux.

Taux : la Fed souffle le chaud et le froid
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Réserve fédérale américaine a procédé mercredi, comme l'attendaient les marchés, à une deuxième hausse de ses taux directeurs depuis début 2018. Elle a précisé qu'elle comptait relever au total ses taux quatre fois cette année, et non trois fois, comme elle le prévoyait précédemment.

La banque centrale américaine a soufflé le chaud et le froid, en adoptant d'une part un ton légèrement plus "faucon" que lors de sa précédente réunion, tout en affirmant d'autre part qu'elle ne modifierait pas son approche graduelle pour relever ses taux directeurs et qu'elle n'anticipait pas de dérapage inflationniste.

La Fed soucieuse de ne pas "resserrer trop vite"

Le président de la Fed, Jerome Powell, a ainsi estimé lors de sa conférence de presse que l'économie américaine "se porte très bien", ce qui a permis à la Fed de "franchir une nouvelle étape" dans son processus de normalisation de ses taux directeurs. Il a toutefois ajouté qu'il était attentif à ne "pas resserrer trop trop vite" la politique monétaire de la Fed.

Dans ses nouvelles projections médianes, la Fed anticipe donc 4 hausses cette année pour porter le taux des "fed funds" à 2,4% à la fin 2018. Puis trois autres tours de vis interviendraient en 2019 pour atteindre 3,1%, et un seul en 2020 à 3,4%. Quant à l'inflation, elle a été revue en légère hausse cette année à 2% pour l'indice "core PCE" (le plus suivi par la Fed) contre 1,9% précédemment. Cependant, pour 2019 et 2020, la Fed ne prévoit pas d'accélération des prix, avec des prévisions maintenues à 2,1% pour les deux années suivantes.

Pas de dérapage inflationniste en vue malgré la hausse du pétrole

Concernant l'évolution des prix, le patron de la Fed a indiqué que la hausse des cours du pétrole allait pousser l'inflation au dessus de l'objectif de 2%, mais que ce phénomène serait "temporaire". M. Powell a ajouté qu'il ne cherchait pas à "crier victoire contre l'inflation" et a précisé que la Fed considérait que la normalisation monétaire progressive ne sera pas de nature à peser sur la croissance ni sur la bonne tenue du marché de l'emploi américain.

La Fed voit ce marché de l'emploi continuer de s'améliorer, avec un taux de chômage à 3,6% en 2018 (contre 3,8% prévu précédemment), et 3,5% en 2019 et 2020 (contre 3,6% prévu précédemment). La croissance du PIB des Etats-Unis est revu en légère hausse pour cette année (2,8% au lieu de 2,7%) mais pour les deux années suivantes, la Fed a maintenu ses prévisions précédentes (2,4% en 2019 et 2,2% en 2020).

Les tensions commerciales n'ont pas d'impact jusqu'ici

Dans son communiqué, la Fed a retiré la mention selon laquelle les taux resteraient "durablement" en dessous de leur tendance à long terme. La Fed parle désormais de "futures hausses graduelles" au lieu d'évoquer des "ajustements" de ses taux. Les responsables de la banque centrale ont aussi signalé que les "indicateurs d'inflation à plus long terme sont peu modifiés".

La politique fiscale de Trump va constituer un "soutien significatif" pour la demande sur les trois prochaines années, a aussi estimé le patron de la Fed. Pour l'instant il n'y a pas d'impact négatif visible des disputes commerciales dans les statistiques économiques, a ajouté M. Powell. Il a refusé de commenter les tensions commerciales qui agitent le G7 après l'échec du sommet tenu la semaine dernière au Canada.

Une conférence de presse après chaque réunion de la Fed à partir de 2019

Par ailleurs, Jerome Powell a annoncé une amélioration de la communication de la Fed par l'instauration d'une conférence de presse après chaque réunion, c'est à dire 8 fois par an, et ce à partir de janvier 2019.

Jusqu'ici le président ne s'exprimait que quatre fois par an, soit une fois sur deux après les réunions de la banque centrale. En outre, le patron de la Fed est entendu en public plusieurs fois par an devant des commissions du Congrès américain.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com