Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Regrouper les crédits : de réelles économies à la clef ?

Regrouper les crédits : de réelles économies à la clef ?

Publi-rédactionnel -- Un rachat de crédit permet de regrouper différents prêts : crédit conso, prêt auto, crédit renouvelable, prêt immobilier, et même des dettes (retard d'impôt ou de loyer). Il a principalement deux utilités : baisser le montant de ses mensualités et baisser son taux d'endettement.

Mais est-il indiqué dans tous les cas ? Permet-il de réaliser des économies et que faire dans une situation de fragilité financière ?

Un rachat de crédit pour apporter une bulle d'oxygène...

Baisser le poids des mensualités de prêts sur un budget : c'est l'une des utilités du rachat de crédit. Concrètement, l'organisme de rachat de crédit solde les différents prêts en cours et l'emprunteur ne rembourse plus qu'un seul crédit à taux unique, avec une mensualité d'un montant inférieur à l'ensemble des précédentes échéances.

L'intérêt, dans ce cas, est de dégager un reste à vivre plus important sur le budget familial mensuel, et donc de donner une bouffée d'oxygène à son budget. Mais ceci n'est possible qu'en allongeant la durée du prêt : le coût total pourra donc être supérieur après le rachat, si le taux n'a pas ou peu baissé depuis la signature du crédit initial.

... ou pour baisser son endettement et financer un projet

Les banques considèrent en général qu'un emprunteur ne peut excéder 33% de taux d'endettement (variable en fonction du reste à vivre). Or plusieurs prêts en cours peuvent grignoter une part trop importante de ce taux. Les regrouper aboutit à baisser le poids des mensualités et donc, mécaniquement, à baisser ce fameux taux d'endettement. Ce qui peut permettre le financement d'un nouveau projet : immobilier, travaux...

Encore une fois, les prêts sont à rembourser sur une durée plus longue : la mise en place du rachat de crédit se fait toujours de la même façon, seul le but de l'opération change. Il faut donc bien évaluer sa situation et son besoin avant de se lancer.

Le rachat de crédit, combien ça coûte ?

Un rachat de crédit engendre des frais. Tout d'abord des Indemnités de Remboursement Anticipé (IRA). Pour un prêt immobilier, cela représente jusqu'à 3% du capital restant dû, ou l'équivalent de 6 mois d'intérêt sur le capital remboursé au taux médian du prêt. Pour des prêts consommation de plus de 10 000EUR (ou un précédent rachat de crédit à inclure), des IRA sont possibles mais non systématiques et limitées à 1% du capital restant dû (0,5% dans la dernière année de remboursement du prêt).

Pour un rachat de crédit hypothécaire, des frais de notaire liés à la mise en hypothèque de l'ordre de 2% sont à prévoir.

Les frais de banque quant à eux se montent à plus ou moins 1% du montant racheté, et l'assurance de prêt à prévoir dépendra du profil de l'emprunteur.

Enfin, pour des frais de mandat liés à un courtage en rachat de crédit, compter plus ou moins 5% du montant du nouveau prêt en fonction de la complexité du dossier.
Tous ces éléments sont à prendre en compte lorsque l'on souhaite effectuer un rachat de crédit. Afin de mettre des offres en concurrence, il est possible de comparer le TAEG ou Taux Annuel Effectif Global proposé.

Alors fait-on des économies avec un rachat de crédit ?

La réponse dépend du rachat de crédit entrepris, et des dettes à regrouper ! En effet, certains crédits à la consommation ont un taux élevé. C'est notamment le cas du crédit renouvelable ou revolving. Regrouper plusieurs crédits de ce type peut être intéressant, car le taux du rachat de crédit sera plus bas que ceux des précédents prêts.

On peut donc regarder avec précision les prêts que l'on souhaite inclure dans son rachat, en gardant à l'esprit qu'un rachat concernant majoritairement des crédits à la consommation se verra appliquer le taux et les règles du crédit à la consommation.

Le rachat de crédit dit hypothécaire (qui suppose donc une mise en hypothèque du bien), s'applique dès que la part immobilière représente plus de 60% du montant total du rachat de crédit. Dans ce cas, c'est le taux immobilier du rachat de crédit qui s'applique : une règle d'autant plus favorable lorsque des crédits conso à taux élevé entrent dans l'opération.

Le calcul est à faire en fonction de chaque situation, en fonction des frais engendrés, et en prenant en compte l'éventuelle hypothèque. Une fois le regroupement mis en place, il est essentiel de ne pas souscrire de crédit à nouveau, pour ne pas recréer une situation de déséquilibre budgétaire.

Situation fragile, que faire ?

Il est important de bien mettre au clair la situation financière dans laquelle on se trouve, notamment en réalisant un tableau de suivi de budget et en faisant apparaître les différents postes de dépenses, par rapport aux revenus. Réduire ses mensualités avec un rachat de crédit est possible mais a un coût, et n'est pas adapté lorsque l'on se trouve dans une situation de surendettement.

Le surendettement se distingue, comme précisé dans les articles L.711-1 et L.712-2 du Code de la consommation, par "l'impossibilité manifeste de faire face à l'ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles et à échoir". Pour des ménages dans cette situation, il est possible de se tourner vers la commission de surendettement de son département.

Partenaires de Boursier.com