Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Marchés : la zone Asie-Pacifique en ordre dispersé

Marchés : la zone Asie-Pacifique en ordre dispersé
Marchés : la zone Asie-Pacifique en ordre dispersé
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les places de la zone Asie-Pacifique évoluent dans le désordre ce jeudi après leur rebond des dernières séances, Bombay progresse encore de plus de 4%, Sydney gagne 2,3%, Taiwan +0,9%, mais Shanghai et Singapour redonnent 0,5%, tandis que Hong Kong recule de -0,7% et Tokyo de -4,4%. Après une flambée de plus de 11% mardi pour le DJIA, la Bourse de New York a aussi vécu une séance contrastée mercredi soir, à l'approche du vote par le Congrès américain du plan de soutien de 2.000 milliards de dollars proposé par l'administration Trump pour lutter activement contre le coronavirus.
Le Sénat a adopté le texte qui devrait désormais être approuvé par la Chambre des représentants, contrôlée par l'opposition démocrate, sans doute vendredi, avant d'être symboliquement promulgué par Donald Trump.

A la clôture hier soir, l'indice Dow Jones a gagné 2,39% à 21.200 points, après avoir flambé la veille de 11,37%, sa plus forte hausse quotidienne depuis mars 1933. L'indice large S&P 500 a grimpé de 1,15% à 2.475 pts (après +9,38% mardi), mais le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a fini en léger recul de 0,45% à 7.384 pts (+8,12% mardi). Quant à l'indice Vix de la volatilité, aussi appelé "indice de la peur", il a fini la journée stable autour de 61 points, après avoir atteint la semaine passée des niveaux records supérieurs à 85...

Un retour à un calme relatif

Plus tôt dans la journée de mercredi, les marchés européens avaient eux aussi progressé, l'EuroStoxx 50 prenant 3,13% (après +6,5% mardi) et le CAC 40 grimpant de 4,47% (après +8,4% mardi).
Sur le marché des changes, le dollar recule, après plus d'une semaine d'ascension liée à une fuite vers la sécurité des investisseurs ayant quitté précipitamment les marchés émergents. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise) a cédé 1,1% à 100,88 points. L'euro retrouve la barre des 1,09$ ce matin.
Les taux se stabilisent sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 10 ans pointant à 0,86% (+1 point de base).

Les cours du pétrole ont poursuivi leur rebond, saluant le plan de relance aux Etats-Unis. Le cours du brut léger américain WTI a progressé de 2% à 24,80$ (contrat à terme de mai sur le Nymex), tandis que le Brent de mer du Nord a gagné 1% à 27,50$.

Les économistes tentent toujours d'évaluer les conséquences de la pandémie mondiale sur l'économie américaine. Les spécialistes de la banque JP Morgan Chase estiment que le PIB des Etats-Unis pourrait ainsi fondre de 14% au 2e trimestre, tandis que Goldman Sachs entrevoit même une chute de 24% sur la même période...

Un plan de sauvetage historique

Le conseiller économique de la Maison blanche, Larry Kudlow, a précisé que plan de soutien massif fonctionnerait en tandem avec les 4.000 milliards de dollars de capacités supplémentaires de prêts dégagées par les mesures de soutien de la Réserve fédérale.

Le chef de file de la minorité démocrate au Sénat Chuck Schumer a décrit le plan en cours d'adoption aux Etats-Unis comme "le plus important plan de sauvetage de l'histoire américaine". Il l'a comparé à un "plan Marshall" pour les hôpitaux et la santé, en référence au programme d'aide financé par les Etats-Unis et qui avait permis de reconstruire l'Europe après la Seconde Guerre mondiale.

Dans le détail, ce plan prévoit notamment 500 milliards de dollars pour soutenir les entreprises industrielles les plus affectées via des prêts ou des subventions. Le secteur du transport aérien, frappé de plein fouet par la crise, bénéficiera de 25 Mds$ de subventions aux compagnies transportant des passagers et 8 Mds$ pour le fret aérien et les prestataires de service en aéroport, dont les services de restauration. Les aéroports eux-mêmes bénéficieront de 10 Mds$. En outre, les compagnies aériennes devraient avoir accès à 29 Mds$ de crédit.
Par ailleurs, 500 Mds$ seront affectés aux aides directes pour les Américains, qui pourront aller jusqu'à 3.000 dollars par foyer sous forme de chèques envoyés à des millions de ménages.

En outre, 350 Mds$ seront consacrés à des prêts aux petites entreprises, 250 Mds$ pour les mesures d'aides aux chômeurs, au moins 100 Mds$ pour les hôpitaux et le système de santé, ainsi que des fonds supplémentaires pour les autres besoins de santé et près de 150 Mds$ pour aider les Etats et les autorités locales à combattre l'épidémie...

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !