Accueil
»
Actualités
»
Consultation

Les cours du cuivre pourraient marquer une pause avant la reprise du rallye

Les cours du cuivre pourraient marquer une pause avant la reprise du rallye

Publi-rédactionnelLe cuivre a surperformé et surpassé ses sommets d'avant pandémie, après avoir marqué un point bas au milieu du mois de mars, pour par la suite gagner plus de 50% et marquer un nouveau sommet annuel.


Crédit : Skyono

Alors que la reprise se heurte à une deuxième vague de coronavirus, les cours du cuivre, ou "Docteur Copper", pourraient marquer une pause avant de reprendre leur rallye haussier.

La Chine en tant que garant de la hausse des cours du cuivre

La demande chinoise bat de l'aile :

Le cours du cuivre est étroitement lié à l'économie chinoise qui représente près de la moitié de la demande mondiale. Ainsi, le redémarrage de l'industrie dans l'Empire du milieu et les mesures de soutien annoncées par Pékin ont permis au cuivre de surperformer les autres métaux industriels.

Le cuivre étant utilisé dans la construction de câbles, le développement des infrastructures et dans les usines, la reprise de l'économie chinoise a agi comme un tremplin pour le métal rouge. Cependant, les données en provenance de Chine montrent que la demande peine à se rétablir, contrairement à la production industrielle qui repart de plus belle. De plus, la recrudescence des cas de COVID-19 représente un obstacle de taille à une reprise durable de l'économie chinoise. Une éventuelle seconde vague accompagnée de l'intensification de la saison des pluies, perturbant depuis peu la chaîne d'approvisionnement, notamment au centre et à l'est de la Chine qui connaissent actuellement des inondations record, mettent en péril la hausse des cours du cuivre.

L'impulsion du crédit pourrait prendre le relai :

De ce fait, le prochain tremplin pour les cours du cuivre pourrait provenir de l'impulsion du crédit en Chine, soit le flux de nouveaux crédits accordés par le secteur privé exprimé en pourcentage du PIB. Ainsi, les cours du cuivre et l'impulsion du crédit en Chine sont corrélés positivement, avec un retard de près de 18 mois. La croissance de l'impulsion du crédit en Chine s'est établie à 6,2% en mai et s'est traduite par un rebond de production automobile et des mises en chantier, favorisant ces deux secteurs clés dans l'utilisation des métaux.

Les récentes annonces concernant des subventions du secteur automobile pourraient également favoriser le métal rouge, à l'image du récent programme de soutien aux infrastructures d'une valeur de plusieurs milliards de yuans.

Cependant, si le cuivre est utilisé de manière excessive pour garantir les prêts, comme ce fut le cas en 2014, cela pourrait constituer une alerte baissière pour l'or rouge. En effet, pendant quelques années, le cuivre a été utilisé par les entreprises chinoise comme collatéral, en vue de garantir des prêts financiers fournis par les banques. Ce n'est qu'en 2014 que cette pratique prendra fin, lorsque les opérateurs découvrent que 60 à 80% des importations de cuivre vers la Chine étaient destinées à garantir des prêts. Le retour de telles pratiques de manière excessive serait un frein à la corrélation positive entre les cours du métal rouge et l'impulsion du crédit.

Les fondamentaux s'améliorent peu à peu

La reprise économique chinoise a entraîné une forte hausse de la demande qui a coïncidé avec les perturbations rencontrées chez les principaux producteurs d'Amérique du sud. Ce fut le cas du Chili, responsable de la production de 28% du cuivre à l'échelle mondiale, où des mines ont été forcées de fermer suite à la propagation du coronavirus, entraînant des tension sur le cotés offre, avec une demande croissante pour répondre à l'accélération de la reprise en Chine.

Afin de compenser ce manque d'offre, les exploitants se sont vus contraints de puiser dans les stocks, entraînant ces derniers à des niveaux extrêmement bas pour exercer une pression haussière supplémentaire sur les cours du métal rouge. Ce n'est que récemment que les stocks de cuivre à Shanghai et dans les principales bourses mondiales se sont quelque peu reconstitués.

Une consolidation avant un nouveau départ

Après une telle hausse du "Docteur Copper", beaucoup s'interrogent sur le potentiel à venir du rallye en cours. Certains s'accordent à dire que tous les facteurs "haussiers" sont déjà intégrés dans les cours, et s'interrogent sur la capacité du cuivre à se maintenir à de tels niveaux face à l'émergence d'une seconde vague de coronavirus, qui pèserait tant sur l'offre que sur la demande.

Le cuivre est un indicateur de la santé économique mondiale, qui malgré les risques actuels, devrait se rétablir grâce notamment au soutien des Banques Centrales et aux mesures de relance des différents gouvernements. De plus, les avancées majeures dans la recherche d'un vaccin contre le COVID-19 aboutiront probablement dans quelques mois à une réponse médicale qui permettra d'effacer peu à peu les traces du virus sur l'offre et la demande en or rouge.

La situation technique du cuivre, en surachat depuis le début du mois de juillet, nous alerte également sur la possibilité d'une entrée en phase de consolidation voire de repli, avant de certainement repartir à la hausse.

D'un point de vue mensuel, les cours du cuivre tentent actuellement de sortir de leur nuage Ichimoku par le haut, indiquant un potentiel signal haussier qui devra, par la suite être validé. Les cours du cuivre en données mensuelles ont intégré le nuage lors du mois de juin, signalant une zone d'équilibre, et une clôture mensuelle au-dessus de cette zone pourrait propulser les cours vers les sommets de 2018, aux portes des 6300.

Ainsi, une éventuelle phase de consolidation voire de repli de court-terme, pourrait constituer un point d'entrée optimal pour profiter de la poursuite de la tendance haussière qui devrait s'accompagner de la prochaine reprise économique à l'échelle mondiale. La prochaine résistance à franchir correspond au sommet de 2019 à 6580, un niveau qui, si il est testé à nouveau, pourrait entraîner une prise de bénéfice en attendant que le "Docteur Copper" bénéficie de suffisamment de momentum haussier afin de s'en affranchir.

L'indicateur Ichimoku Kinko Hyo cité ci-dessus est un outil de tendance qui peut être utilisé aussi bien sur le court-terme que sur le long-terme quelque soit la classe d'actif.

Réda Aboutika, Chef analyste XTB France
Contenu proposé par XTB France