»
»
Consultation

Le CAC40 résiste à Trump, les résultats dans le viseur

Le CAC40 résiste à Trump, les résultats dans le viseur
Le CAC40 résiste à Trump, les résultats dans le viseur
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le CAC40 signe une deuxième semaine de progression alors que la saison des semestriels va réellement débuter la semaine prochaine. Sur cinq séances, l'indice parisien s'adjuge 1%, pour revenir à 5.429 points ce vendredi soir. Les tensions commerciales continuent toutefois à limiter les prises de risques sur les marchés européens alors que l'Union européenne est visée par la politique protectionniste de Donald Trump qui pourrait toucher notamment les importations de voitures. Pendant ce temps-là, le Nasdaq a touché de nouveaux sommets, imperturbable sur les 7.800 pts, là où le DJIA franchit les 25.000 pts... La semaine a également été marquée par la chute du baril de pétrole, les plongeons d'Altran, après la découverte d'irrégularités chez sa filiale Aricent récemment achetée, et de Bénéteau après un avertissement sur résultats. A la hausse, Amoeba et Kaufman and Broad se sont particulièrement distingués.

LES VALEURS

* Amoeba s'envole de plus de 62% sur la semaine, après l'annonce des résultats positifs d'efficacité du premier test industriel réalisé aux Etats-Unis.

* Kaufman and Broad grimpe de 12% sur cinq séances, porté par la publication de ses comptes semestriels et du relèvement de ses objectifs annuels. Le constructeur vise désormais une croissance du chiffre d'affaires supérieure à 10%, contre +8% à +10% évoqué en avril, et une marge d'Ebit ajusté d'environ 9% contre 8,5%-9% jusqu'à présent. Dans un marché qui commence à montrer des signes de faiblesses, Louis Capital Markets Midcap Partners estime que le groupe reste l'un des acteurs les mieux armés pour surperformer grâce à sa rigueur dans le lancement des programmes et sa faculté à générer de manière structurelle un FCF élevé. Le courtier reste par conséquent à l'achat sur la valeur et relève sa cible de 52 à 54 euros.

* SES (+15% sur la semaine). Exane BNP Paribas est passé de "sous-performance" à "surperformance" sur l'opérateur satellites en rehaussant de 10 à 22 euros son objectif. Au sein du consensus, deux bureaux d'analyses sont désormais à l'achat sur SES contre 4 à "alléger". L'objectif moyen se situe à 14 euros, toujours en-dessous du cours de bourse de l'opérateur satellitaire.

* Airbus prend 9% sur cinq jours, dopé par l'annonce de plusieurs commandes d'avions civils et ce alors que le salon de Farnborough ouvre ses portes lundi. L'occasion pour l'avionneur d'enregistrer de nouveaux contrats. Les premiers achats d'A220 (le nouveau nom du CSerie de Bombardier) pourraient même être dévoilés.

* TF1 grimpe de 7% dans une actualité très chargée. Outre les très belles audiences des matchs de l'équipe de France en Russie, le groupe a annoncé l'acquisition à venir de Doctissimo auprès du groupe Lagardère. Goldman Sachs a par ailleurs rehaussé de 'neutre' à 'acheter' sa recommandation sur la valeu malgré un objectif ajusté de 13,7 à 12,3 euros.

* Atos avance de 5% sur la semaine. Le titre du groupe de services informatiques a été soutenu par une note de Barclays qui est passé à 'surpondérer' sur le dossier, avec un objectif fixé à 140 euros, contre 135 euros précédemment.

A l'inverse, * Altran chute de 30% sur la semaine (-28% ce soir), emporté par la découverte d'irrégularités dans les comptes d'Aricent, lesquelles sont antérieures au rachat de la firme par le groupe de R&D externalisée français. Dans le détail, Altran a découvert chez Aricent une anomalie liée à des bons de commande qui se sont avérés être fictifs. Cet agissement est le fait d'un individu et concerne un client, pour un montant de l'ordre de 10 M$, et porte sur la période courant du 3ème trimestre 2017 au 1er trimestre 2018, a indiqué Altran. Altran émet en outre un avertissement sur ses résultats en indiquant que les impacts directs et indirects liés à cet évènement l'amènent à réévaluer le profil de marge d'Aricent à environ 15,6% sur les douze derniers mois à juin 2018. En revanche, il ne devrait pas avoir d'impact significatif sur sa propre situation financière.

* Bénéteau plonge de de 18% sur la semaine, lourdement sanctionné après son avertissement sur résultats. Le plaisancier anticipe désormais sur l'ensemble de son exercice une progression de son chiffre d'affaires global de l'ordre de +7% à +8% à taux de change constant. Le résultat opérationnel courant est attendu lui aussi en progression de +7 à +8% à taux de change constant tout en intégrant l'effet de 5,5 millions d'euros de la participation au bénéfice des salariés de la principale filiale du Groupe, pour la première fois depuis 2009. Bénéteau explique cet avertissement par le ralentissement des prises de commandes pour le segment grands yachts, "qui sont en retrait de l'ordre de 20 millions d'euros par rapport à l'objectif annuel" et par l'adoption récente de droits de douane au Canada et en Union européenne qui pénalise les ventes à l'export de ses marques américaines.

* EuropaCorp cède 13% sur cinq jours de bourse, pénalisé par les révélations de 'Médiapart' concernant de nouvelles plaintes visant Luc Besson. Le site d'informations en ligne évoque notamment le témoignage d'une ancienne directrice de casting qui aurait écrit le 6 juillet au procureur de la République de Paris pour dénoncer des faits qu'elle qualifie d' agressions sexuelles".

* Marie Brizard Wine & Spirits se replie de 14% sur la semaine, victime d'une note de Bryan Garnier. Le bureau de recherche met en doute la capacité du groupe de spiritueux à délivrer les performances financières attendues par le consensus, si bien qu'il dégrade le dossier de "neutre" à "vendre" en réduisant de 6,5 à 6,3 euros son objectif sur MBWS.

* Carrefour rend encore 9% sur la semaine, plombé par de nouveaux ajustements de brokers. Jefferies a notamment dégainé en réduisant de 16,60 à 14 euros son objectif, pour une opinion "neutre" maintenue". Le broker n'a fait qu'imiter bon nombre de ses confrères qui, comme Kepler Cheuvreux, Goldman Sachs, Deutsche Bank ou Barclays, ont taillé dans leurs estimations et objectif ces derniers jours, en amont de la publication des résultats semestriels du distributeur, attendue le jeudi 26 juillet prochain.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com